News

Octobre 2004

Paludisme : la prémunition des Africains '

Un patient né et vivant en Afrique, et faisant en Europe un accès palustre, pense souvent qu'il bénéficie d'une certaine protection naturelle. Les équipes de l'hôpital des maladies tropicales de Londres, peu convaincues, ont étudié de manière prospective deux groupes de patients présentant un accès à P. falciparum:

- sujets nés et vivant dans un pays non endémique (n=167) : groupe NEnd.

- sujets nés et vivant dans un pays africain à transmission endémique (n=93) : groupe End.

Aucun des patients ne devait avoir pris de chimioprophylaxie.

Le pic parasitémique et le délai d'obtention de la clairance parasitaire fut identique dans les deux groupes. Un traitement parentéral fut requis dans 31% des cas dans le groupe End, contre 41% dans le groupe Nend. Le transfert en réanimation (4,3% dans le groupe End) fut légèrement plus élevé dans le groupe Nend (OR 2,69 ; 95%IC 0,9-8,1).

Ceci ne plaide pas en faveur d'une prémunition de l'Africain, en tous cas pas suffisamment pour qu'on la prenne en compte dans la prise en charge thérapeutique.

BUNN A et coll. Falciparum malaria in malaria-naive travellers and African visitors. QJM 2004 ; 97 : 645-9.

Dengue et ultra-sons

Ils ne savaient pas bien pourquoi : mais des échographistes taiwanais se sont installés au urgences lors d'une épidémie de dengue. Il ont effectué une échographie abdominale à 86 patients adressés pour suspicion de dengue.

Le diagnostic fut confirmé par sérologie chez 65 d'entre eux. Ils ont trouvé:

- paroi vésiculaire épaissie chez 38 patients (59%),

- ascite chez 24 (37%),

- splénomégalie chez 22 (34%),

- épanchement pleural chez 21 (32%).

Conclusion des auteurs : l'échographie peut avoir un intérêt diagnostique pour la dengue, en attendant la confirmation sérologique, toujours longue à obtenir.

KENG-LIANG W et coll. Early abdominal sonographic findings in patients with dengue fever. J Clin Ultrasound 2004; 32: 386.

NDLR. Cela ne paraît pas sans intérêt, pour cette maladie qui reste souvent un diagnostic différentiel pour l'urgentiste. Mais il faudrait affiner le pouvoir prédictif de chacun de ces signes échographiques, en particulier vis-à-vis des autres maladies fébriles exotiques.

Grippe et pèlerinage de La Mecque

Chaque année deux millions de personnes se confinent sur un site très petit, dans des conditions de promiscuité idéales pour la transmission d'agents infectieux à tropisme respiratoire.

Lors du dernier « hadj », 500 pèlerins de toutes nationalités, présentant une infection respiratoire haute, ont bénéficié d'un prélèvement de gorge. La culture virale se révéla positive chez 54 sujets (10,8%). Parmi ceux-ci, 27 (50%) positifs pour influenza B, 13 (24,1%) pour Herpes simplex, 7 (12,9%) pour le virus respiratoire syncytial, 4 (7,4%) pour parainfluenzae et 3 (5,6%) pour influenza A.

L'extrapolation montre que 24.000 sujets présentant une grippe ont été présents au « hadj » 2003. La couverture vaccinale grippale des pèlerins est de 4,7%.

On ignore le nombre de sujets a- ou pauci-symptomatiques, qui bien évidemment n'ont pas consulté. On ignore, compte tenu de l'incubation, le nombre de cas secondaires contractés sur les lieux. On ignore également le nombre des transmissions dans la noria d'aéronefs qui ramènent les pèlerins dans leur pays d'origine. On ignore le nombre de contaminations secondaires ou tertiaires dans le pays d'origine au retour des pèlerins. Mais tout laisse à penser que le pèlerinage constitue un gigantesque « hub », moyeu de démultiplication planétaire des pandémies grippales.

BALKHY H H et coll. Influenza a common viral infection among Hajj pilgrims : time for routine surveillance and vaccination. J Travel Med 2004 ; 11 : 82-6.

NDLR. Lors du prochain 'hadj', 20.000 pèlerins partirons du territoire français. Il devront comme les autres se faire obligatoirement vacciner contre les méningites ACYW135. Tentons d'en profiter pour leur proposer la vaccination grippale, qui est donc d'importance épidémiologique, et d'importance individuelle compte tenu de l'âge avancé des pèlerins. Même si certains des plus vieux souhaitent mourir à La Mecque de façon à gagner directement le paradis'