News

Novembre 2015 actualites scientifiques


VACCINS

Vacciner sans douleur
Recommandations de l’OMS 

L’Italie très inquiète d’une baisse de la couverture vaccinale

Certaines ligues ou sectes lancent des bruits contre des vaccins
…Par exemple récemment contre le vaccin cancer du col utérin Gardasil®. Les bruits entrent dans la mémoire collective, mais les contre-bruits légitimes ne sont pas entendus. L’enquête vient d’être classée sans suite par le parquet de Paris « considérant qu’il n’y a pas de lien direct entre ce vaccin et des pathologies du système nerveux dénoncées par les patientes (…) après une étude rassurante de l’Agence du Médicament » (AFP).

NDLR. On parle souvent avec grand bruit d’une procédure lancée, mais presque jamais des décisions de justice concernant son issue. Et bien nous, non : les plaignants ont été déboutés ! Il faut le dire haut et fort de façon à ce que des femmes, à cause du silence des médias, de la forte voix des anti-vaccins, ne meurent pas du cancer du col dans quelques décennies.


Tous droits réservés pour tous pays.

Lire les archives des actualités scientifiques

Octobre 2015 Actualités scientifiques


 

Vaccin Gardasil® : l’étude définitive (ANSM et CNAMTS)

  Le vaccin contre le cancer du col de l’utérus fait l’objet depuis plusieurs années d’attaques des ligues anti-vaccins ; attaques qui vont croissantes ; il est bien plus facile de lancer une rumeur que de la faire taire. Sauf que les autorités françaises avaient commencé le 1er janvier 2008 une étude épidémiologique prospective  de très grande ampleur, sur 2.256.716 filles françaises (13 à 16 ans) qui furent suivies jusqu’au 31 décembre 2013. Méthodologie parfaite.
Résultat : dans le groupe vacciné on ne constate aucun excès de maladie auto-immune, de Guillain-Barré, de sclérose en plaques.
  Les ligues anti-vaccinales devraient se cacher. D’ailleurs c’est ce qu’elles semblent faire pour cette fois. A nous de diffuser largement les résultats de cette étude ; 1.000 femmes meurent chaque année en France du cancer du col  (NDLR).

Lire le rapport final publié en septembre 2015


L’hépatite B et son cancer du foie : bientôt éradiqués au Québec

« Victoire d’un vaccin » : ce programme de vaccination contre l'hépatite B a réduit à deux fois rien le nombre de cas d'hépatite B chez les jeunes Québécois.


Tous droits réservés pour tous pays.

Lire les archives des actualités scientifiques

Juin 2015 Actualités scientifiques

 

Tintin voyageur jamais malade

 

  Les auteurs ont évalué le spectre des problèmes de santé (PS) que Tintin a eu au cours de ses 23 aventures, ainsi que leurs causes, conséquences et lien avec le voyage.
Ils ont trouvé 236 évènements conduisant à 244 PS, 13 kidnappings, 6 hospitalisations et deux actes chirurgicaux. Parmi les PS, 191 étaient traumatiques (78,3%) et 53 non traumatiques (21,7%). Les plus fréquents des traumatismes étaient les traumatismes crâniens (62 %), et les plus fréquents des PS non traumatiques étaient les problèmes de sommeil (15.1 %), les manifestations anxieuses (13 %), et les intoxications au gaz ou au chloroforme (13 %). Nous avons trouvé 46 pertes de connaissance : 29 d’origine traumatique et 17 non traumatiques. Parmi les 236 événements, 69 (29 %) sont intentionnels, perpétrés par des tiers contre Tintin (dont 55 tentatives d’homicides), et 167 (71 %) non intentionnels (dont 69 sont la conséquence des actions de Tintin).

CAUMES E et coll. Les problèmes de santé de Tintin: plus de traumatismes que de pathologies du voyageur. Presse Médicale. Doi : 10.1016/j.lpm.2015.01.006

NDLR. Les problèmes traumatiques sont nobles, prouvant que Tintin est un battant. Les problèmes médicaux n’existent pas : car un paludisme, une bilharziose, une tourista sont des maladies d’anti-héros… Et bien sûr pas la moindre chimioprophylaxie antipaludique ; et jamais de consultation ni de quelconques mesures préventives. Espérons que les lecteurs qui pourraient s’identifier à Tintin se rappelleront qu’il est un personnage de bande dessinée…

 


 

Voyage de noces à la leptospirose

  « Just married » ce couple de Français décida de faire leur voyage de noces en Colombie où ils réservèrent un circuit « aventure ». Dans l’euphorie, ils ne se renseignèrent pas sur les préventions recommandées dans ce pays équatorial ; pas de prévention du paludisme.
  Une semaine après le retour, la femme présente une fièvre, des myalgies et et une douleur rétro-orbitaire. Trois jours plus tard, son mari présente des symptômes similaires. Un traitement empirique est prescrit, associant doxycycline et ceftriaxone.
  La recherche d’anticorps leptospirose IgM est positive chez la femme, négative chez l’homme. La PCR sang et urines affirme le diagnostic chez les deux voyageurs.
  Les voyageurs ont eu tort de ne pas avoir eu une consultation de pré-voyage : le médecin consulté, devant la notion de contacts longs et intenses avec l’eau douce tropicale, leur aurait prescrit de la doxycycline en prévention de la leptospirose (et aussi du paludisme, des rickettsioses…).

DE SAINTE MARIE B et coll. Leptospirosis presenting as honeymoon fever. Int J Infect Dis. 2015 May;34:102-4. doi: 10.1016/j.ijid.2015.03.018. Epub 2015 Mar 30.

NDLR. La leptospirose a une létalité comprise entre 10 et 20% selon les études. En savoir plus

 

Tous droits réservés pour tous pays.

Lire les archives des actualités scientifiques

Mai 2015 Actualités scientifiques

Pré-voyage : conseils puis interrogation

Après une consultation pré-voyage, on ne sait pas ce qu’il en restera et quelle en fut l’efficacité. Les auteurs (Melbourne, Australie) ont mené une étude prospective comprenant une évaluation des connaissances acquises immédiatement après la consultation.

Un total de 300 candidats aux voyages internationaux furent  inclus. Moyenne d’âge de 31 ans ; voyage de vacances dans 77% des cas ; 95% avaient déjà effectué un voyage international. Les principales destinations étaient l’Asie (43%), les Amériques (21%) et l’Afrique (17%).

Les taux de mémorisation immédiate étaient les suivants : 94% pour la prévention du paludisme, 84% pour la rage, 76% pour la dengue. Les conseils pour la prévention vectorielle du paludisme étaient restitués à hauteur de 95%, à hauteur de 92% pour la conduite à tenir en cas de fièvre. La conduite à tenir en cas de morsure animale était restituée à hauteur de 94%. Pour la diarrhée, le conseil de ne boire que de l’eau encapsulée ou bouillie était restitué à 99% ; mais 13% des sujets avaient oublié la recommandation de ne pas consommer de fruits et légumes non cuits déjà pelés. La restitution concernant le traitement en cas de diarrhée montrait une discordance de 20%. Pour la prophylaxie du paludisme de seulement 4%.

Les auteurs concluent : « Les messages-clefs sont bien assimilés ; mais il semble indispensable de renforcer la consultation par des supports papiers et/ou informatiques ».

McGUINNESS S L et al. Immediate recall of health issues discussed during a pre-travel consultation. J Travel Med 2015; 22(3): 145-51.

Côlon irritable post-infectieux et diarrhée du voyageur

Les auteurs ont compilé des données de six études (Cochrane Database of Systematic Reviews). Dans trois d’entre elles, on trouvait une association très significative entre le fait de souffrir du côlon irritable et le fait d’avoir eu une diarrhée du voyageur (turista) : RR 3,35 (95% CI : 2,22-5,05 ; p<0,00001).

SCHWILLE-KIUNKE J et al. Aliment Pharmacol Ther 2005 Apr 13 (Epub ahead of print).

NDLR. Aussi simple que paraisse cette étude, on peut en tirer une conclusion pragmatique (non prouvée certes, mais sans risque, bien au contraire) : la prévention de la diarrhée du voyageur pourrait diminuer la probabilité d’un côlon irritable (CI) chez nos patients voyageurs. Cela vaudrait vraiment la peine : nous savons tous les difficultés que nous rencontrons pour traiter un CI, combien certains patients ont une diminution de la qualité de vie, combien ils sont exposés au nomadisme médical à la recherche d’un traitement curatif qui n’existe pas, et basculent parfois dans la pathologie psychosomatique.

 

Tous droits réservés pour tous pays.

Lire les archives des actualités scientifiques