Fiches Pays

Saint- Barthélemy (SBH)

Risques Santé et Sécurité

Situation sanitaire sans particularité, globalement comparable à celle de la métropole ; notamment, pas de paludisme ou de parasitoses exotiques particulières (il n'y a de bilharziose ni à SBH, ni à Saint Martin). Eau du robinet potable, mais chère (eau de mer dessalée, il n'existe aucune rivière sur l'île). Mancenilliers: arbustes banals à sève acide responsable de brûlures parfois graves et à fruit (aspect de petite pomme verte) toxique. Pas de serpent venimeux, contrairement à la Martinique. Plages fréquentées et à très faibles risques, mais pas de dispositif de surveillance. Attention aux oursins, coraux, méduses, physalies, poissons venimeux... Ciguatera dans tout le nord des Antilles : ne consommer sa pèche qu'après avis autorisé. Scolopendres (sortent la nuit) : morsures très douloureuses, justifiant parfois l'hospitalisation. Maladies vectorielles : risque épidémique concernant essentiellement la dengue, # 100 cas hebdomadaires à Saint-Martin en décembre 2009-janvier 2 - 010 ; épidémie précédente en décembre 2007. Violences urbaines sans particularités, pickpockets et autres dans toutes les Antilles y compris SBH. Circulation routière selon réglementation française. Drogues : selon les lois européennes, d'amendes à incarcération pour trafic.

Vous trouverez sur notre boutique tous les produits utiles pour votre santé, votre sécurité et votre confort.

 

Données générales

Capitale (administrative) Gustavia (chef lieu), 8.000 hab
Altitude maximale 286 m
Superficie 25 km²
Côtes 32 km
Tourisme Mise à jour
PNB/hab PNB/hab
Monnaie Euro
Description du climat Climat subtropical adouci par les alizés. Saison sèche de décembre à avril (carême), plus humide de mai à novembre (hivernage). Cyclones parfois dévastateurs pendant l'hivernage (le cyclone Luis a dévasté SBH en 1995). Température moyenne de 27°C dans la journée, faibles variations saisonnières. Le voyageur averti préférera les mois de février à avril, chauds, secs et ensoleillés malgré quelques orages.
Recours sanitaires Système identique à celui de la métropole pour les deux îles, mais seulement un dispensaire et hôpital local sans bloc opératoire à SBH (CH LC Fleming bien équipé à St Martin). Proximité des structures sanitaires de qualité des Antilles françaises : CHU de FDF "La Meynard" : tél 0596 55 20 00 ; CHRU de Guadeloupe "Les Abymes" : tél 0590 89 10 100590 89 10 10.
Langues Français
Anglais
Créole
Portugais
Patois SBH (proche du français québécois)
Décalage horaire -5h (Heure d'hiver)
Vol Paris- 10h

Données consulaires

Formalités d'entrée

Justificatifs d'identité et de voyageConditions supplémentaires
Passeport ou Carte Nationale d'Identité Aucune.

Représentation(s) diplomatique(s) dans le pays : France (FR)

Gustavia (chef lieu) Préfecture
Adresse Préfecture de la Guadeloupe Siège de la collectivité territoriale: Hôtel de la Collectivité« La Pointe », Gustavia
Tél +590590993900+590590993900
Fax +590590815832
Adresse web http://www.guadeloupe.pref.gouv.fr/

Données sanitaires et sécurité

Vaccinations

Obligatoire(s) Aucun
Universelle(s) Tétanos, Diphtérie, Poliomyélite, Coqueluche, Hépatite B
Spécifique(s) au pays Aucun
Éventuelle(s) Hépatite A

 

Protections spécifiques

Pas de paludisme

Protection moustiques

Tableau récapitulatif des principaux risques Santé

MaladiePrésenceRisquesPrévention
VIH et autres Infections Sexuellement Transmissibles (IST) Situation comparable à la métropole: Consulter mise à jour Contacts sexuels, sang Respect des règles universelles de protection contre les infections sexuellement transmissibles (préservatifs ...).
Dengue Risque épidémique théorique en augmentation avec la saison humide Faible hors épidémie Protections contres les moustiques.
Hépatite B Zone de basse endémicité Idem VIH Vaccination ; respect des règles universelles de protection contre les maladies sexuellement transmissibles (préservatifs ...).
Typhoïde et Hépatite A Identique à la métropole : très faible circulation du virus A Faible ++ Vaccination Hépatite A, surtout si voyages secondaires régionaux.
Larva migrans cutanée Déjections canines (plages souillées) Important sur plages mal entretenues Plages : tongues et nattes. Les serviettes n'empêchent pas la pénétration des larves de parasites. Eviter les plages fréquentées par des chiens.
Histoplasmose (ou maladie des caves) Zones présumées endémiques Air contaminé (fientes, guano) Éviter l'exposition aux poussières (contenant les spores du champignon) dans les grottes, et tous contacts avec des déjections d'oiseaux ou de chauves-souris. Utiliser des masques protecteurs.
Virus T-Lymphotropique Humain (HTLV1) Prévalence < 0,5% Nul (transmission "familiale") Respect des règles universelles de protection contre les maladies sexuellement transmissibles.

Sources: OMS, CDC, MAE, Foreign Office, US Consulate, Gideon, IDEEP, ProMED, J Travel Med.

Tous droits réservés pour tous pays.