Risques et situations

Méduse mauve

medusemauve

Dans la mythologie grecque, Méduse est une des trois gorgones, animaux fantastiques malfaisants, monstres des enfers dans l'Odyssée.
Mauvaise réputation donc pour ce cnidaire (ex coelentéré) de la famille des Pelagiidae, aussi rudimentaire (95% d'eau) qu'ancien (600.000.000 années) et donc particulièrement résistant et adaptable.
Nous aborderons ici la méduse mauve, méduse pélagique, ou piqueur mauve, Pelagia noctiluca (étym. « lumière nocturne de la mer »), dont la prolifération gâche les vacances balnéaires de millions de touristes, dont certains auront des conséquences médicales parfois sévères quoique jamais encore mortelles.

Répartition

Mer méditerranée, côte atlantique de Biscaye à la mer du Nord, mais aussi tout l'Atlantique tropical et subtropical (de la surface à -50 mètres) ; mais la méduse mauve semble remonter rapidement la côte des Etats-Unis.
La prolifération d'autant plus grande que l'eau est plus salée ; le réchauffement climatique expliquerait, tout au moins en partie, la récente prolifération.
Rien qu'en Méditerranée, certains avancent une incidence 2008 de 500.000 piqûres.

Envenimation

  • Perception du message chimique lié au contact avec la peau humaine.
  • Montée en pression du contenu des cellules urticantes (nématocyste) jusqu'à 200 atmosphères (cent fois plus que la pression d'un pneu automobile).
  • Expulsion du dard avec une accélération de 40.000 G.

Le tout en trois millièmes de seconde, et aboutissant a l'injection profonde par 2.000 dards par mm2.

Clinique

  • Contact et douleur sont concomitants ; la douleur est souvent ressentie comme une décharge électrique ; sensations prurigineuses variables ; des zébrures apparaissent rapidement, généralement rouges sur peau blanche.
  • Certaines études menées en Méditerranée montreraient que 5 à 10% des envenimations s'accompagnent de signes généraux.
  • Parfois brûlure du 2ème degré, voire nécrose cutanée.
  • Possibilité d'hyperchromie séquellaire.

Traitement

  • Retirer précautionneusement tous des débris de tentacules, à la pince à épiler ou à main gantée ; laver à grande eau (de mer ou sérum physiologique) sans frotter ; cette eau sera au mieux chaude, certaines toxines du venin étant thermolabiles. Les nématocystes invisibles à l'oeil nu seront ensuite au mieux couverts de mousse à raser, de sable à défaut : à enlever avec le bord d'un carton, d'un papier épais.
  • Une vessie de glace (en pratique un sac plastique rempli de glaçons) soulage la douleur, de même que l'application d'un gel anesthésique local.
  • Ne jamais inciser, sucer, aspirer, brûler... Proscrire les prescriptions fantaisistes : éther, huile d'olive, sucre, urine, papaïne, essence !... L'intérêt du vinaigre reste débattu.
  • Corticoïdes, AINS : sans effet : à proscrire, tout au moins en tant que premiers soins. Efficacité des anti-histaminiques débattue.
  • Vérification de principe du statut vaccinal anti-tétanique.
  • Surveillance cardio-vasculaire des patients allergiques, souffrant d'un mauvais état cardio-vasculaire ou victimes de piqûres massives.
  • L'atteinte du visage, de l'oeil en particulier justifie un recours médical.
  • Traitement local spécialisé d'éventuelles (rares) nécroses cutanées.

Prévention

1. Prévention individuelle
  • Respect des interdictions de baignade
  • Un drapeau « méduses » existe sur les plages italiennes et espagnoles
  • Combinaisons, vêtements de bain en kevlar, lycra
  • De nombreux produits d'application cutanée ont été proposés ; seule la lotion Medusyl® (Laboratoire Bioreance®) a une efficacité démontrée, associant protection mécanique et leurres biologiques et chimiques.
2. Prévention collective
  • Filet anti-méduses (comme à Cannes, Monaco...).
  • Réintroduction et protection des prédateurs naturels des méduses ?
    • tortues : mais l'occupation touristique des plages empêche leur reproduction
    • thon : le thon méditerranéen est en voie d'extinction
    • poisson-lune : idem
    • espadons, dauphins
  • Incitation à l'utilisation des méduses en tant qu'engrais et hydratant agricole ?

Tous droits réservés pour tous pays.