Fiches Maladies

Rage : prévention du voyageur

 

La rage dans le monde

La rage est transmise à l'homme le plus souvent par morsure de chien (90-95%) ; ailleurs par chat, renard, chacal, mouffette, raton-laveur, mangouste, singe, chauve-souris...

En fait, toute morsure d'un quelconque animal doit être considérée comme suspecte et faire recourir à une consultation en urgence.

Dans les pays en développement, la rage est présente y compris dans les grandes villes ("chiens des rues").

Traitement post-exposition

Lavage à grande eau et savon ou détergent, alcool à 70° ou antiseptiques iodés. Chez un sujet non vacciné préventivement, en cas de risque rabique confirmé par le médecin spécialiste d'un Centre anti-rabique, on procède en urgence à une vaccinothérapie curative, éventuellement associée à une sérothérapie.

Ce traitement est :

  • dénué de risque particulier dans les pays industrialisés.
  • dangereux (vaccins de fabrication locale) et/ou indisponible (sérums) et/ou d'efficacité douteuse dans les pays en développement.

Interêt de la vaccination préventive pour le voyageur

  • évite le recours aux injections de fabrication locale en question ;
  • laisse un peu plus de temps pour se faire injecter un simple rappel en post-exposition ;
  • peut éviter un rapatriement dans l'urgence et la panique ;
  • seule protection en cas de blessure minime passée inaperçue ou non signalée (enfants).

Comment vacciner préventivement

  • Une dose (Vaccin rabique Pasteur®, Rabipur®) J0, J7, J28.
  • Pas de rappel
  • En cas d’exposition, deux doses de vaccin préventif, le jour même puis à J3
  • En cas de morsure, faire simplement pratiquer deux injections du même vaccin.

Bien noter que

  • l'efficacité du vaccin peut être diminuée si injecté en cas de maladie aiguë, fièvre, maladie chronique évolutive, traitement corticoïde ou immuno-suppresseur ;
  • contre-indication en cas d'hypersensibilité à l'un des constituants du vaccin ; prudence en cas d'allergie à la néomycine (rarissime) ;
  • grossesse et allaitement : contre indication de principe en l'absence de données, mais à relativiser en fonction du risque d'exposition rabique.

Quels voyageurs vacciner en pratique

  • Bien évidemment tous ceux qui seront professionnellement en contact avec des animaux, vivants ou morts.
  • AMM française : peu explicite : " voyageurs séjournant dans les zones d'enzootie ".
  • Société de Médecine des Voyages : "expatriés en situation isolée, surtout avec de jeunes enfants, routards".
  • USA (CDC) : "voyageurs se rendant dans la zone d'hyperendémie (zone rouge de notre carte) pendant plus de 30 jours".
  • OMS : "toute personne voyageant dans cette zone et amenée à se trouver à plus de 48 heures d'un centre susceptible de lui administrer un traitement post-exposition de qualité".
  • "voyageurs se rendant dans la zone d'hyperendémie (zone rouge de notre carte) pendant plus de 30 jours".

Informer le candidat au voyage, vacciné ou non, du risque rabique et lui conseiller, en cas d'exposition, de contacter au plus vite l'ambassade d'un pays industrialisé.

Tous droits réservés pour tous pays.