Fiches Maladies

Ivermectine

Anti-parasitaire à large spectre découvert il y a plus de 30 ans, c'est un des grands piliers de la médecine tropicale et des voyages.
Il s'agit d'une molécule de fabrication aisée et dont le coût est faible et les effets indésirables très restreints.

Parasites

Pharmacologie

  • L'originalité de l'ivermectine provient de son mécanisme d'action : elle paralyse la jonction neuromusculaire des arthropodes et de certains helminthes (agoniste GABAergique, augmentation de la perméabilité membranaire par action sur les canaux chlorure glutamate-dépendants), entraînant leur mort ; et ce, de manière totalement spécifique.
  • La Cmax est obtenue en environ 4 heures. Demi-vie plasmatique de 12 heures.
  • Le volume de distribution est élevé (47l), avec de fortes concentrations cutanées (ce qui explique son efficacité dans les ectoparasitoses) et intra-oculaires. L'ivermectine est très lipophile, mais ne passe que partiellement la barrière hémato-encéphalique ; cette lipophilie explique le caractère non linéaire de la posologie en fonction du poids total (cf tableaux et abaques du Vidal).
  • Le traitement est administré en prise unique, à jeun, avec un grand verre d'eau ; le patient doit rester à jeun au moins 2 heures après la prise, l'interférence avec l'alimentation n'étant pas connue.

Présentation, délivrance, administration

Stromectol® comprimés à 3mg boîte de 4 (boîte de 20, hôpitaux) ; remboursé Séc soc 65%, agréé collectivités Stromectol® a en France les indications officielles suivantes : anguillulose, filariose lymphatique et gale.
L'onchocercose, une des cibles majeures de l'ivermectine, n'entre pas dans l'AMM de Stromectol®. En revanche le laboratoire fabricant (MSD) procède pour cette maladie, quand elle est importée, à une délivrance humanitaire (gratuite) de la même molécule sous le nom de marque international Mectizan® : tél directeur médical Afrique : - 01 30 82 10 00.

Indications

Officiellement, elles sont au nombre de trois en France. Une quatrième (onchocercose) est une indication « internationale », reconnue par l'AFSSAPS mais faisant l'objet des mesures administratives particulières ci-dessus.

  • Anguillulose gastro-intestinale
    La posologie recommandée est de 200mcg par kg en prise unique. L'efficacité et les modalités du traitement chez les sujets immuno-déprimés n'ont pas été établies par des études spécifiques.
  • Filariose lymphatique (microfilarémie à Wuchereria bancrofti)
    On n'a d'expérience dans le traitement de cette filariose que dans les pays de transmission. Le schéma thérapeutique y est le suivant : 200 mcg/kg en prise unique tous les 6 mois. L'association avec l'albendazole (Zentel®) est souhaitable pour beaucoup d'auteurs.
  • Gale sarcoptique
    Posologie recommandée : 200mcg/kg en prise unique.
  • Gale commune
    a guérison ne sera estimée comme définitive que 4 semaines après le traitement. : la persistance d'un prurit ou de lésions de grattage ne justifie pas un deuxième traitement avant cette date. La prescription ultérieure d'une deuxième dose ne doit être envisagée que :
    s'il apparaît de nouvelles lésions spécifiques
    si l'examen parasitologique est positif.
  • Gale profuse et gale croûteuse
    Dans ces formes avec de très nombreux parasites, une deuxième dose d'ivermectine et/ou l'association à un traitement topique peuvent être nécessaires à 8-15 jours.
  • Onchocercose
    Elle relève donc (théoriquement) de la spécialité Mectizan® : 150 mcg/kg en prise unique ; un renouvellement de cure à trois mois est souhaitable.

De nombreuses autres parasitoses pourraient théoriquement constituer une indication de l'ivermectine : larva migrans, pédiculose, myiase, ascaridiose, gnathostomose... mais le manque d'études cliniques rend actuellement impossible leur officialisation par une AMM.
Il n'existe pas aujourd'hui (et sans doute pas plus demain) de résistance à l'ivermectine.

Contre-indications, interactions médicamenteuses, précautions d'emploi

Hypersensibilité à l'un des composants.
Aucune interaction avec d'autres médicaments n'a été rapportée.
Grossesse : a priori pas d'effet tératogène.
Allaitement : sécurité d'emploi non établie.

Effets indésirables

Effets de lyse massive chez les sujets ayant une forte densité micro-filarienne (comme avec tous les antiparasitaires actifs).
Quelques cas d'encéphalopathie rapportés, chez des sujets ayant une forte densité parasitaire.
Ont été rapportés, en particulier chez des sujets traités pour anguillulose : asthénie, douleur abdominale, anorexie, constipation, diarrhée, nausées, vomissements, somnolence, vertiges, tremblements, céphalées, myalgies, arthralgies, hyperéosinophilie transitoire, augmentation des transaminases ou des phosphatases alcalines.
Conduite et utilisation de machines : effets non étudiés.

Tous droits réservés pour tous pays.