Voyageurs âgés

Les seniors voyagent de plus en plus, de plus en plus loin.
Dans la mesure du possible, les voyages doivent être encouragés, considérés comme un bienfait : stimulations, retour de l'esprit d'initiative, d'organisation, de découverte…
Le médecin généraliste a un rôle clef dans le bon déroulement des voyages des seniors : lui seul a la connaissance de son patient souvent polypathologique et polymédicamenté. Sa consultation doit être systématique, si possible plus d'un mois avant le départ. Le patient devra apporter tous documents utiles détaillant le tour prévu.

Contre-indications, limite

Rares aujourd'hui. Le plus souvent une adaptation pourra être trouvée en modifiant les modalités ou la destination du voyage. C'est le bon sens qui devra primer. Porter une attention particulière à :

Exemple de contre-indications évidentes les moins rares : Alzheimer débutant, chutes fréquentes (plus de 2 dans l'année ?), pathologie cardiovasculaire non stabilisée, traitement anticoagulant instable, insuffisance respiratoire grave.

Vaccination

Paludisme

Les mesures habituelles doivent être encore plus strictement appliquées : moustiquaire imprégnée, répulsifs, vêtements recouvrants, chimioprophylaxie.
Attention aux interférences des médicaments cardiovasculaires avec méfloquine (Lariam®) et halofantrine (Halfan®).

Divers points particuliers

En sus des mesures applicables pour l'ensemble des voyageurs :

 Tous droits réservés pour tous pays.