Santé Voyages : Boutique, Préventions, Vaccins et traitements pour la santé du voyageur

Dr. Alain FISCH
Chef de service hospitalier, médecine interne, médecine tropicale et des voyages, AIHP, ACCA. Directeur du Centre des Vaccinations Internationales et de Conseil aux Voyageurs, CHI Villeneuve St-Georges (94), France.

Dr. Jacques BREUIL
Chef de service hospitalier, bactériologie, virologie, parasitologie. AAHP. Vice-Président de l'Institut des Etudes Epidémiologiques et Prophylactiques (IDEEP), France.

Protocoles et Surveillances sont deux ouvrages de formation médicale, principalement destinés aux médecins généralistes et aux médecins des services des urgences. Ils permettent à leurs lecteurs de mettre à jour leurs connaissances, de manière rapide et pratique dans plus de 250 situations d'urgence et de médecine générale.

Protocoles & Surveillances
122 Avenue du Général Leclerc 75 - 014 Paris
Téléphone : - 01 43 95 65 65

Vous trouverez ci-joint un texte " exemple " :

"DENGUE"

par le Dr A. FISCH

1 - Le degré d'urgence

C'est une arbovirose (virose transmise par des arthropodes) très fréquente en zone tropicale, souvent bénigne, parfois mortelle.
Il y a urgence à en poser le diagnostic et à éliminer celui d'autres causes de fièvre tropicale. Il faut hospitaliser en urgence en réanimation, au besoin par SAMU, toute dengue compliquée, en particulier hémorragique.
Le risque de complications est beaucoup plus élevé chez l'enfant.

2 - Les messages

Maladie très fréquente : plus de 100 pays tropicaux ou subtropicaux concernés, les 2/5èmes de la population du globe exposés,
50 millions de cas mondiaux annuels.
Transmise par piqûre de moustique Aedes, qui pique de jour comme de nuit.
Une semaine après le retour en métropole, la dengue n'est pas possible car l'incubation est de 2 à 7 jours.

3 - Les médicaments, le matériel
  • Paracétamol (Doliprane), cp à 500 mg ; enfant : sachets 50, 125, 250 mg.
  • Paracétamol codéine (Codoliprane) cp 400 mg/20 mg, ou paracétamol dextropropoxyphène (Di-antalvic) gél 400 mg/30 mg.
4 - La confirmation clinique du diagnostic

Il s'agit du diagnostic d'une fièvre au retour d'une zone tropicale ou subtropicale (voir carte 1) ; le diagnostic de dengue est avant tout clinique car sa confirmation biologique (sérologie) ne sera bien souvent obtenue qu'une fois le patient guéri.
Compte tenu de l'absence de thérapeutique spécifique de la dengue, il importe d'éliminer une pathologie tropicale curable, en particulier le paludisme et les fièvres typhoïde et paratyphoïdes.

Les éléments cliniques en faveur de la dengue sont :

  • notion d'épidémie en cours dans le pays visité,
  • début aigu avec fièvre élevée, myalgies, arthralgies, céphalées, prostration,
  • examen physique : rash érythémateux débutant aux extrémités (typique, inconstant), adénopathies généralisées, hépatomégalie modérée.
5 - Le protocole de traitement
  • Repos au lit.
  • Lutte contre l'hyperpyrexie, souvent majeure : Doliprane 1 à 3 g/j chez l'adulte ; enfant 60 mg/kg/j (15 mg/kg toutes les 6 heures).
  • Lutte contre un syndrome algique : Codoliprane 6 cp/j maximum, ou Di-antalvic 4 gél/j maximum.
  • Les médicaments à base de salicylés sont interdits pour ne pas favoriser d'éventuels troubles de la coagulation.
6 - Les premiers examens paracliniques
  • NFS : montre typiquement leuconeutropénie et thrombopénie.
  • Frottis sanguin et éventuellement goutte épaisse lorsque le pays visité est également impaludé.
  • Hémocultures.
  • Sérologie spécifique de la dengue (spécialisée).
7 - Les trucs du métier, les pièges qu'il faut éviter

Devant un syndrome fébrile aigu au retour d'un voyage exotique, il est utile de connaître les zones dans lesquelles se superposent le risque de paludisme et celui de la dengue, ainsi que celles qui ne se superposent pas : par exemple : la dengue est rare en Afrique noire alors que le paludisme y est omniprésent ; le paludisme n'existe ni en Australie, ni dans les grandes villes d'Asie du sud, ni dans la plupart des îles du Pacifique et des Caraïbes alors que la dengue y est très fréquente.

La recherche d'un paludisme, pour les zones de coinfection, doit toujours primer sur celle de la dengue ; le diagnostic de dengue est souvent un diagnostic d'élimination en l'attente de la sérologie.

8 - Les correspondances thérapeutiques
  • À la place de Doliprane, on peut utiliser Efferalgan.
  • À la place de Codoliprane, on peut utiliser Efferalgan codéine.
  • À la place de Di-antalvic, on peut utiliser Propofan (cp, 400 mg/27 mg + caféine 30 mg).

L'APMI, Association pour la Prévention des Maladies Infectieuses, est un organisme de recherche et développement, sans but lucratif, regroupant des médecins, biologistes et autres scientifiques qui mettent en commun leurs savoirs et moyens pour :

  1. la recherche appliquée en matière de prévention des infections,
  2. la rationalisation des pratiques préventives
  3. accélérer la promotion, la diffusion et la mise à disposition pour les médecins et le grand public des progrès les plus récents de la recherche fondamentale susceptibles d'apporter des progrès pratiques dans la prévention des infections.

Par exemple, en ce qui concerne la médecine des voyages, l'APMI a mis au point et distribue le test Digispot*HA qui permet de déterminer à partir d'une goutte de sang déposée sur papier buvard si l'on est porteur ou non d'anticorps contre l'hépatite A : ceci permet une personnalisation et un ciblage idéaux de l'acte vaccinal contre cette maladie.

APMI
BP 56, 75861 Paris cedex 18
Tél/fax : - 01 42 00 62 93

Nos Partenaires : prévention, santé, voyages, risques, situation voyageurs, recommandations, risques sanitaires Nos Partenaires : prévention, santé, voyages, risques, situation voyageurs, recommandations, risques sanitaires Nos Partenaires : prévention, santé, voyages, risques, situation voyageurs, recommandations, risques sanitaires
Nos Partenaires : prévention, santé, voyages, risques, situation voyageurs, recommandations, risques sanitaires Nos Partenaires : prévention, santé, voyages, risques, situation voyageurs, recommandations, risques sanitaires Nos Partenaires : prévention, santé, voyages, risques, situation voyageurs, recommandations, risques sanitaires
Nos Partenaires : prévention, santé, voyages, risques, situation voyageurs, recommandations, risques sanitaires Nos Partenaires : prévention, santé, voyages, risques, situation voyageurs, recommandations, risques sanitaires Nos Partenaires : prévention, santé, voyages, risques, situation voyageurs, recommandations, risques sanitaires
Nos Partenaires : prévention, santé, voyages, risques, situation voyageurs, recommandations, risques sanitaires Nos Partenaires : prévention, santé, voyages, risques, situation voyageurs, recommandations, risques sanitaires Nos Partenaires : prévention, santé, voyages, risques, situation voyageurs, recommandations, risques sanitaires
Nos Partenaires : prévention, santé, voyages, risques, situation voyageurs, recommandations, risques sanitaires Nos Partenaires : prévention, santé, voyages, risques, situation voyageurs, recommandations, risques sanitaires Nos Partenaires : prévention, santé, voyages, risques, situation voyageurs, recommandations, risques sanitaires
Nos Partenaires : prévention, santé, voyages, risques, situation voyageurs, recommandations, risques sanitaires Nos Partenaires : prévention, santé, voyages, risques, situation voyageurs, recommandations, risques sanitaires Nos Partenaires : prévention, santé, voyages, risques, situation voyageurs, recommandations, risques sanitaires
Nos Partenaires : prévention, santé, voyages, risques, situation voyageurs, recommandations, risques sanitaires Nos Partenaires : prévention, santé, voyages, risques, situation voyageurs, recommandations, risques sanitaires Nos Partenaires : prévention, santé, voyages, risques, situation voyageurs, recommandations, risques sanitaires
   Comparateur de mutuelles  

Réagir sur le forum

Il s’agit d’une affection cutanée –principalement- survenant à la suite d’un contact direct ou indirect avec les poils urticants de certains papillons nocturnes de certaines zones tropicales africaines ou sud-américaines. Gênante, souvent douloureuse, toujours inesthétique, parfois grave, elle constitue dans certains territoires tropicaux un véritable problème de santé publique.

Physiopathologie

Le responsable est le papillon Cendre (Hylesia urticans), à peine visible (1x2 mm). La femelle possède sur l’abdomen des milliers de micro-fléchettes enduites d’une substance extrêmement urticante. Dès qu’elle rencontre un obstacle, que ce soit une lampe ou un humain, elle libère ses micro-fléchettes. Ces papillons volent en groupes, constituant parfois de véritables nuages de très faible altitude dans lesquels il ne fait pas bon passer.

Description clinique

La forme cutanée est la plus courante. Il s’agit d’une dermatite de contact, directe le plus souvent, survenant quelques heures après le contact. Toujours prurigineuse, parfois douloureuse voire très douloureuse pouvant nécessiter des antalgiques de niveau 2.

Traitement

Aussi vite que possible après l’apposition des micro-fléchettes, laver à grande eau la surface contaminée puis au-delà (douche corps entier). Laver à grande eau les vêtements portés au moment de l’attaque toxique. N’appliquer aucune crème, pommade… Anti-prurigineux à la demande. Si a douleur devient trop forte, antalgiques de niveau 2 (codéine, dihydrocodéine, tramadol, seuls ou associés au paracétamol) pendant une courte durée car la douleur ne subsistera que quelques jours au maximum.

Tous droits réservés pour tous pays

actus pro

 

Divertissement: AIDE HUMANITAIRE®

FORME et PRESENTATION: Association régie par la loi de 1901. Présentation blanche essentiellement. (Hautement) sécable.


COMPOSITION:
Leader charismatique (DCI: Président): 1
Personnalité terne (DCI: Vice-Président): 1 potentiel putchiste du Président (DCI: Secrétaire général)
Banquier ou comptable en retraite (DCI: Trésorier).
Excipient : adjoint au maire, veuve d'industriel ou de commerçant, étudiant en pharmacie (Conseiller technique), fondé de pouvoir d'un grand établissement bancaire, dentiste divorcé, retraités : qsp 1 boîte.

PROPRIETES:
L'association humanitaire appartient à une famille thérapeutique hétérogène qui comprend de nombreux constituants originaux n'ayant aucun rapport entre eux si ce n'est une aptitude commune aux réactions d'antagonisme. Il n'existe aucune action synergique avec les familles proches d'activité gouvernementale ou multilatérale. L'association humanitaire est un agent chélateur de subventions.

SORT DU MEDICAMENT:
Distribution. Dès l'arrivée dans l'organisme, l'association humanitaire édite un bulletin de liaison et diffuse son logo à la dernière page du bulletin municipal. Un ou plusieurs des principes actifs s'envolent généralement rapidement vers une destination tropicale. Les principes actifs ont souvent une activité qui ne respecte plus le cycle nycthéméral normal. Liaison dans l'organisme. Une fois implantée dans l'organisme, l'association humanitaire se lie parfois à des partis politiques, l'affinité de liaison étant proportionnelle à la taille de l'association. Dans le cas des petites associations, l'affinité reste forte mais le récepteur politique demeure absent. La liaison covalente forte est rare et demeure sans grand effet pour l'organisme. La pénétration tissulaire tropicale est habituellement labile, peu stable voire totalement nulle. La demi-vie dans l'organisme est généralement courte, liée à celle du président. La biotransformation est souvent en rapport avec l'antagonisme croissant d'un des composants qui entraîne avec lui plus de 50 % des métabolites antérieurement agonistes de l'action du principe actif prépondérant, L'excrétion est principalement spontanée par un mécanisme auto-enzymatique. sous forme de catabolites aigris dont certains gardent une activité thérapeutique. Chez l'insuffisant pécuniaire, la demi-vie est plus courte.

INDICATIONS:
Situation de détresse aiguë d'une collectivité, population, ethnie, et tout groupe de personnes pour lesquelles l'abstention thérapeutique entraînerait le décès ou la perte définitive d'une ou plusieurs fonctions physiologiques. Par son faible poids moléculaire et administratif, l'association humanitaire peut subir une activation rapide et un intense métabolisme in situ. Situation de détresse chronique : l'association humanitaire est réservée, dans cette indication, à la prescription spécialisée en raison des effets secondaires fréquemment observés. En traitement préventif, l'association humanitaire n'a pas fait la preuve de son efficacité bien que certaines observations isolées d'amélioration symptomatique aient été constatées. L'efficacité à long terme n'est pas démontrée.

CONTRE-INDICATIONS:
Suspicion de détournement de l'action humanitaire à des fins politiques de la part de l'organisme bénéficiaire. Saturation des sites récepteurs par des molécules de la même famille. L'état général totalitaire ne constitue pas une contre-indication, bien au contraire.

PRECAUTIONS D'EMPLOI:
Avant emploi, l'association humanitaire doit s'assurer par un bilan complet de l'absence de possibilité d'interférence avec l'action d'un agent thérapeutique national, bilatéral ou multilatéral dans l'indication retenue. L'objectif thérapeutique doit être clairement défini et une surveillance régulière doit être mise en place de façon à suivre et mesurer l'évolution favorable du patient et l'absence de toxicité. En fin de cure un bilan doit être effectué. L'attention du patient doit être attirée sur la possibilité d'accoutumance et de somnolence politico-administrative. L'action humanitaire peut masquer les signes d'une maladie grave évolutive en agissant efficacement sur les symptômes. Elle peut rendre torpide un état pathologique et freiner la fistulisation d'un abcès social.

INTERACTIONS MEDICAMENTEUSES: Très fréquentes. y compris au sein de la même classe thérapeutique.

EFFETS INDESIRABLES:
Prurit localisé ou généralisé du patient, en particulier de ses organes administratifs et politiques. Les cas rapportés dans la littérature montrent clairement que ce prurit cède rapidement après une injection monétaire in situ. Il est néanmoins vivement recommandé. en cas de prurit, de s'abstenir de toute thérapeutique intempestive et, le cas échéant, de suspendre le traitement. Si l'indication thérapeutique était fondée, l'effet secondaire rencontré doit faire l'objet d'une déclaration. Autres effets indésirables : stimulation possible des récepteurs tissulaires de la prévarication, pharmacodépendance, syndrome de sevrage à l'arrêt du traitement.

MODE D'EMPLOI et
POSOLOGIE:
Enlever soigneusement l'enveloppe protectrice franco-française constituée de parisianisme. Procéder à un mélange lent et progressif de la solution humanitaire et du milieu tropical, de façon à obtenir une stabilité maximale par 35°C à l'ombre. Toute agitation rend le mélange instable et peut aboutir à un précipité qui sera excrété hors des frontières. Dans la plupart des cas, en dehors de certaines situations pathologiques suraiguës, la posologie sera débutée par de faibles doses régulièrement croissantes en fonction de la tolérance et des résultats cliniques. La DL50 n'étant pas connue, le traitement peut être poursuivi à forte dose pendant toute la durée de la maladie, sous réserve que les précautions d'emploi soient dûment respectées.

Docteur Alain Fisch

SCOLOPENDRES

 

Scolopendra appartient au genre des Myriapodes (mille-pattes) comprenant deux sous-classes dont seule celle des Chilopodes –famille des Scolopendridae- présente un danger pour l’homme, qui le craint universellement et à juste titre, en zone tropicale tout particulièrement. Ce sont des carnassiers dotés d’un appareil venimeux.

Ces arthropodes possédent de nombreuses paires de pattes, jusqu’à 50 et plus. La première paire, un appendice du tronc, est munie de crochets venimeux (forcipules). Elles peuvent mesurer jusqu’à 20-30 cm pour les espèces tropicales, 10 cm pour les espèces des pays tempérés.

Notons que le mot « scolopendre » est du genre féminin.

 

Répartition

Les scolopendres sont présentes sur la quasi totalité du globe, à l’exception des pôles et des zones de haute altitude.

Mœurs des scolopendres

La scolopendre chasse la nuit, bien évidemment en extérieur. L’écosystème qu’elle préfère : les sols forestiers, au mieux humides, sous les pierres et les écorces. Elle est alors très mobile, en particulier la nuit.

Mais elle peut aussi élire domicile, provisoirement, dans les habitations des hommes. Elles y préfère les recoins, les endroits douillets et plats (draps, bibliothèque…) et éventuellement humides (salle de bains).

Elle est craintive et mordra devant tout comportement qu’elle jugera dangereux, même si a priori il ne l’est pas.


Le venin, l’envenimation

Histamine, sérotonine, protéines toxiques et diverses enzymes (estérases, phosphatases) diversement associées selon les espèces et les régions.

La morsure est douloureuse, parfois très douloureuse, notamment celle des espèces tropicales. Apparaissent quasi immédiatement après une rougeur et un œdème, pouvant être suivies d’une nécrose cutanée.


Traitement

 Lavage doux mais abondant à l’eau –éventuellement eau et savon. Puis antiseptique local, type chlorhexidine. Ne jamais inciser.

Traitement de la douleur : paracétamol, sans dépasser 3 g/j. Paracétamol codéine 30mg si paracétamol seul insuffisant.

Prophylaxie du tétanos.

L’antibiothérapie d’emblée est discutée. Le médecin saura la prescrire si la plaie est importante ou si la douleur persiste au-delà de 24 heures.


Prévention

Ne pas chercher, fouiller, dans une armoire par exemple, à l’aveugle. Secouer les linges de maison.

Ne pas créer d’endroits propices au refuge de l’animal : recoins, objets divers traînants, éparpillés dans le jardin, en particulier à côté des murs.

Les scolopendres sont très sensibles aux insecticides usuels, desquels il ne s’approchent pas. L’épandage péri-domiciliaire, avec si possible des substances respectueuses de l’environnement (type Tiquanis® Habitat), est une mesure très efficace. L’épandage de glu à base végétale est préférée par certains.

 

Tous droits réservés pour tous pays.


Les meilleurs produits aux meilleurs prix

Frais de livraison à partir de 3,88 €
Tarif suivant le barème colissimo HT
soit -20%
expédition le jour même
So Colissimo: 48h Chronopost: 24H
Livraison gratuite (So Colissimo) à partir de 130 € d'achats (France métropolitaine)

 

Google+