News

Octobre 2013

Archives : prévention, santé, voyages, risques, situation voyageurs, recommandations, risques sanitaires

Leptospirose maladie des voyages

Les auteurs ont colligé tous les cas de leptospirose diagnostiqués dans leur centre (Ottignies, Belgique) entre janvier 2008 et septembre 2 - 011. Diagnostic posé dans les 21 jours suivant le retour sur un antigène thermo-résistant ou présence d’IgM, Elisa > 1/400 et test de microagglutination positif, > 1/100.

Quinze cas furent évalués. L’exposition survint en Asie (47%), Afrique (20%), Antilles (20%) et Océan Indien (13%). A l’admission on constatait : fièvre (100%), céphalées (80%), troubles digestifs (67%). En biologie: tests hépatiques altérés (100%), lymphopénie (80%), hypoplaquettose (67%) et CRP élevée (67%). Sept patients furent guéris par amoxicilline, 4 par doxycycline, 2 par ceftriaxone, 1 par ceftriaxone, doxycycline et spiramycine. Un dernier guérit spontanément (diagnostic rétrospectif). Huit patients durent être hospitalisés.

Tout voyageur présentant une fièvre et ayant eu des activités à risque (baignade, canoë, Kayak, rafting…) devrait bénéficier de la recherche biologique systématique de la leptospirose.

VAN DE WERVE C et al. Travel-Related Leptospirosis: A Series of 15 Imported Cases. J Travel Med 2 - 013; 20(4): 228-31.

Archives : prévention, santé, voyages, risques, situation voyageurs, recommandations, risques sanitaires

Problèmes sanitaires des voyageurs exotiques: tendances

Les données sanitaires de 42.223 voyageurs internationaux furent recueillies de manière prospective dans 18 sites participant au réseau GeoSentinel au cours des années 2000-2 - 010. Pour les voyageurs revenus malades, la répartition des pays de contamination était : Afrique sub-saharienne (26%), Asie du Sud-Est (17%), Asie centrale et du sud (15%), Amérique du Sud (10%).

Les auteurs constatèrent une diminution de cas chez les touristes, et une augmentation chez les voyageurs partis pour rendre visite à des amis ou leur famille.

Ils mirent en évidence, pour les visiteurs de pays impaludés, une décroissance globale contrastant avec une morbidité proportionnelle augmentée pour les diarrhées infectieuses et la dengue.

LEDER K et al. Travel-associated illness trends and clusters 2000-2 - 010. Emerg Infect Dis Jul;19(7):1049-73. doi: 10.32 - 01/eid1907.121573.

Ndlr. On peut peut-être déduire de cette étude que la prévention du paludisme –relativement simple- est de mieux en mieux suivie et que celle de la dengue et des infections digestives -plus complexe en pratique pour le voyageur- a tendance à stagner.

Archives : prévention, santé, voyages, risques, situation voyageurs, recommandations, risques sanitaires

VIH et vaccin hépatite A

La séropositivité VIH est considérée comme un facteur de risque de complication d’une hépatite A. La réponse immune au vaccin (1440 EIU 0, 6 mois) est altérée chez ces patients. Les auteurs l’ont étudiée chez 282 patients infectés par le VIH (1997-2009). La réponse anticorps globale était de 73,4%. Etaient associés à une moindre probabilité de réponse : le sexe masculin (OR 0,16, 95%CI 0,05-051) et une co-infection par le virus hépatite (OR 0,30 ; 95%CI 0,14-0,74). La probabilité de réponse était proportionnelle au rapport CD4/CD8 (OR 3,96, 95%CI 1,3-10,5). L’utilisation d’un schéma accéléré à trois doses 1400 EUI n’améliorait pas cette probabilité.

Compte tenu de la protection très longue, sans doute à vie, conférée par le vaccin HA, les auteurs suggèrent de procéder à cette vaccination le plus tôt possible ou lors de phases de remontée du rapport CD4/CD8.

MENA G et al. Factors associated with the immune response to hepatitis A vaccination in HIV-infected patients in the era of highly active antiretroviral therapy. Vaccine 2 - 013; Jun 15 (Epub ahead of print).

Tous droits réservés pour tous pays.