News

Novembre 2003

Vaccin grippe et accidents ischémiques

Dans les pays qui ont une saisonnalité marquée, on constate une incidence hivernale de l'infarctus myocardique augmentée de moitié ; pour les autres accidents ischémiques, une augmentation de plus de 20% est de règle.
On sait qu'une infection respiratoire aiguë stimule le système adrénergique, interfère avec les plaquettes et leucocytes, augmente la viscosité sanguine, le LDL-cholestérol, le TNF, l'interleukine-1 et la CRP et différents autres paramètres biologiques susceptibles de déstabiliser un état athéroscléreux.
Des études cas-témoins démontrent, sur des cohortes d'infarctus myocardique, qu'une infection respiratoire aiguë récente est trouvée avec une très forte probabilité (OR>2).
Des patients décédés d'infarctus dans l'Etat de Washington ont fait l'objet d'une enquête cas-témoins: ils n'étaient que 23% à avoir reçu un vaccin grippe, contre 32% n'en ayant pas bénéficié. Après ajustement sur différents facteurs démographiques et cliniques, il apparaît une réduction de 49% de la mortalité dans le groupe vacciné. Deux autres études similaires montrent une réduction de 46,7% (USA), de 59,4% (France).
Si tous les Américains de plus de 65 ans recevaient le vaccin ($10), l'économie réalisée sur la morbidité cardiovasculaire serait de 450 $ par personne.

Les auteurs concluent dans leur "leading article" que bien peu d'interventions en santé publique ont un tel rapport coût-efficacité, et qu'il est urgent de passer à une action massive.

MEYERS D.G. Could influenza vaccination prevent myocardial infarction, stroke and sudden death ' Am J Cardiovasc Drugs 2003; 3: 241-4.

Cancers et personnels navigants

Cela semble désormais un fait acquis. Etre personnel navigant sur des compagnies aériennes entraîne un risque accru certain de mélanome (deux études, islandaise et suédoise). Avoir été hôtesse de l'air cinq ans ou plus avant 1971 multiplie, vingt ans plus tard, par cinq le risque de cancer du sein. Les auteurs se gardent de toute hypothèse étiologique.

Occup Environ Med. 2003 ; 60 : 807-9, 810-4, 815-20.

Gros doute sur les crèmes solaires

Aucune étude épidémiologique n'a montré la capacité des crèmes "écran" à prévenir les cancers cutanés. Les auteurs sont donc passés in vitro. Après avoir appliqué trois produits leaders du marché américain sur des cultures cutanées, ils les ont exposées à des doses d'UVA similaires à celles reçues par le plagiste estival moyen. Ils ont ensuite mesuré les dégâts provoqués sur l'ADN (résonance électronique spin) et dosé les radicaux libres. Résultat : nul sur ces paramètres ; mais effet protecteur des brûlures certain (ce qui donne l'apparence d'efficacité aux consommateurs, et qui fait donc vendre NDLR).

J Invest Dermatol. 2003, October.

Hépatite A sectaire

Des infectiologues canadiens, qui considèrent l'hépatite A comme une grande menace de demain, sont allés prélever des membres d'une secte du Manitoba, la " First Nation Community ". Sur un échantillon significatif (27%) ils ont trouvé 92% de positifs Ac totaux VHA chez les sujets de plus de 20 ans.

MINUK GY. Viral hepatitis in a Canadian First Nations community. Can J Gastroenterol. 2003; 10: 593-6.

NDLR. Autant dire des taux qu'on aurait pu trouver au moyen-âge, et qui font peser une grave menace sur la population générale qui n'a plus d'anticorps naturels depuis bien longtemps ; les autorités semblent vouloir respecter totalement le droit à la secte à rester refermée sur elle-même'