News

Mars 2011

Ils refusent la vaccination de leurs enfants

Enquête européenne, 24 pays, auprès d’un réseau de 395 pédiatres de ville ; 342 ont répondu complètement.
La majorité d’entre eux (78%) vaccinent eux-mêmes, les autres informent les parents mais ne vaccinent pas. Mais chez l’un ou chez l’autre, le refus total des vaccins du calendrier vaccinal national est estimé à moins de 1% ; le refus partiel (de certains vaccins) est estimé à 1 à 5% : les vaccins refusés sont alors principalement ROR et hépatite B. Les raisons du refus sont :
- craintes d’effets secondaires (60%)
- crainte de « déborder » le système immunitaire (58%)
- croyance en une médecine alternative (47%)
- affirmation de la moindre gravité de la maladie que de celle du vaccin (31%)
- peur de déclencher un autisme (29%), une affection cérébrale (19%), une sclérose en plaques (16%)
- risque nul de contracter la maladie visée (27%)
- crainte d’une toxicité du mercure (16%)
- et enfin, raisons religieuses.

GROSSMAN Z et coll. Primary care pediatricians perceptions of vaccine refusal in Europe. Padiatr Inf Dis J; 2 - 011; 30: 255-6.

 
La résistance aux anti-tuberculeux est largement présente dans les pays de l’Est. Au-delà de l’Europe, l’Extrême Orient, la Chine, sur laquelle nous n’avions que peu d’informations sur ce grave problème de santé publique.
Une étude menée dans la province du Shandong (nord-est du pays) a permis d’analyser 989 souches de M. tuberculosis responsable de maladie clinique. Parmi elles :
- 319 (32,3%) étaient résistantes à au moins un anti-tuberculeux de prescription de première ligne
- 107 (10,8%) présentaient une multi-résistance (MDR), et 20 d’entre elles (18,7%) étaient XDR (Extremely Drug R).

DENG Y et al. Laboratory-based surveillance of extensively drug-resistant tuberculosis, China. EID 2 - 011; 17

Ndlr. Cette étude sino-américaine, très sérieuse et publiée dans Emerging Infectious Diseases, dépendant des CDC, est de nature à faire sérieusement réfléchir tous les spécialistes ; d’autant que la Chine est en train de devenir la principale destination touristique mondiale et que les Chinois ne cessent de s’exporter.