News

Mars 2005

Saint-Domingue : pas sain

Cocotiers, plages dorées, maladies sous les palmiers. On croyait cette destination assez sûre, tout au moins avant l'ouragan George (1999) : les conditions sanitaires semblent s'être particulièrement dégradées, comme en témoigne l'observation suivante (NDLR).
Un homme, espagnol, de 31 ans, en parfaite santé antérieure, passa dix jours à Puerto Plata, et uniquement dans cette ville hyper-touristique ; pas de chimioprophylaxie antipaludique. Quinze jours après son retour, il consulta pour asthénie, insomnie, sueurs nocturnes, diarrhée. Les examens physique et paracliniques de routine n'étaient pas contributifs.
En revanche le frottis sanguin permit d'identifier une double infestation par P. vivax et P. malariae. L'examen parasitologique des selles trouva Entamoeba histolytica, Trichiuris trichura, Endolimax nana et Blasocystis hominis.

HARO-GONZALEZ JL et coll. Malaria and travel to the Dominican Republic. Emerg Infect Dis. 2005; 11(3).

NDLR. Le paludisme semble donc bien installé dans l'est du pays, y compris dans les DeLuxe Resorts. Et il semble que la chaîne des aliments y croise intensément celle des excreta humains.


Vaccination antitétanique et voyages

Le centre des vaccinations internationales du CHU de Strasbourg a étudié rétrospectivement (mai 2002 - mai 2003) 7.000 sujets en partance pour une zone tropicale : carnet de santé, déclaration des sujets, avis du médecin vaccinateur quant à l'adéquation au calendrier vaccinal français.
Tous âges et sexes confondus, seulement 61% des sujets sont « à jour », ce qui est bas par rapport à des études similaires menées antérieurement en milieu aéroportuaire. Deux faits sont surprenant, voire alarmants.

- Pour la première fois les hommes (56%) sont moins bien protégés que les femmes (65%).

- Pour la première fois, les sujets âgés (62% pour les plus de 59 ans) sont mieux vaccinés que ceux des tranches d'âge 29-58 ans.

Les auteurs y voient une grande responsabilité de la suppression du service national.

MEUNIER O et coll. Vaccination antitétanique chez les patients ayant consulté le centre de vaccinations internationales et de conseils aux voyageurs de Strasbourg. BEH 2005 ; 7 : 25-6.

NDLR. Cette étude est rétrospective, porte sur des sujets effectuant une démarche préventive, a 11% de ses fiches non renseignées et est monocentrique. Mais ses résultats sont suffisamment inquiétants pour que l'on mette en route d'autres études, multicentriques et prospectives.


Candida albicans dans les selles !

C'est un cas clinique courant. Un voyageur contracte une diarrhée ; il reçoit une antibiothérapie plus ou moins probabiliste ; il consulte au retour car ses symptômes n'ont pas disparu ; l'examen parasitologique des selles révèle la présence de C. albicans ; et envoyez le fluconazole ! Tout faux ! (NDLR).
Revue générale sur le sujet.

- Aucune étude n'est parvenue à attribuer un rôle pathogène à Candida dans cette circonstance post-antibiotique ; Candida remplacerait simplement, mécaniquement, les populations bactériennes détruites.

- Des toxines ont été isolées de Candida (aspartyl protéinases, phospholipases) mais jamais on n'a pu leur attribuer un rôle pathogène.

- Enfin il est bien possible qu'une partie de ces diarrhées soit liée à la toxicité directe des antibiotiques.
Toujours est-il qu'il convient de répéter les examens coprologiques à la recherche de la véritable étiologie de la diarrhée traitée rebelle du voyageur (NDLR).

KRAUSE R et coll. Candida and antibiotic-associated diarrhoea. Clin Microbiol Infect 2005; 1: 1-2.


Hépatite B : un autre mode de contamination

Les auteurs, israéliens, ont étudié 94 patients victimes d'attentats terroristes par des bombes humaines. La plupart des blessés non décédés avaient reçu des fragments métalliques ou avaient eu un traumatisme lié à leur projection sur des objets coupants ou contondants. Mais trois patients avaient reçu des éclats d'os des terroristes kamikazes ; l'un de ces derniers était porteur d'antigène HBs.
Les actes terroristes peuvent avoir aussi des conséquences infectieuses.

Injuries from biologic material of suicide bombers. Injury 2005; 36: 271-4.