News

Mai 2000

Le coût de l'hépatite A

Aux États-Unis comme dans les autres pays industrialisés, l'hépatite A est devenue une maladie menaçante compte tenu du faible portage d'anticorps naturels par la population. Les voyageurs tropicaux en sont les premières victimes. Les auteurs en ont chiffré le coût : traitements médicaux (visites, hospitalisations, examens complémentaires, médicaments), perte économique (arrêt de travail, indemnisations, surcoûts domestiques), coûts liés à la durée des symptômes. Le coût médical moyen était de 740 US$ pour les patients ambulatoires, de 6.914 pour les hospitalisés. Sur la base de 63.363 cas annuels survenus aux États-Unis en 1997, l'hépatite A a entraîné 8.403 admissions à l'hôpital, 255 décès, 2,5 millions de jours de maladie, 829.000 journées de travail perdues, 7.466 années de vie perdues pour des adolescents et adultes jeunes. Ce qui amène, en estimation basse, à un coût médico-social annuel de l'hépatite A de 488,8 millions de $.

BERGE J.J. et coll. The cost of hepatitis A infections in American adolescents and adults in 1997. Hepatology. 2000 ; 31 : 469-73.

NDLR. Les auteurs, comme beaucoup de leurs confrères américains qui ne font pas dans la finesse, concluent qu'il est urgent de vacciner tout le monde contre cette coûteuse maladie. Il serait sans doute plus pertinent d'inciter tous les voyageurs tropicaux, qui constituent de loin le premier groupe à risque, à se faire vacciner avant leur départ. En France les voyageurs exotiques sont de mieux en mieux vaccinés : sans doute plus de 45% en 1999 (IDEEP).

Décalage horaire chronique et mémoire

Des personnels navigants commerciaux (PNC) soumis à un décalage horaire de plus de 8 heures par semaine ont été comparés avec leurs collègues assurant des fonctions commerciales au sol. Le premier groupe avait des concentrations salivaires de cortisol plus importantes que le second. On sait depuis peu qu'un taux élevé chronique de cortisol est susceptible d'altérer les tests mnésiques et cognitifs (Nat. Neurosci. 2000 ; 3 : 313-4). De fait, dès que l'on atteint une carrière de plus de 4 ans, il apparaît chez les PNC une baisse des performances mnésiques, en particulier visuelles.

J. Neurosci. 2000 ; 20 : 1-5.

Encéphalite après un voyage exotique: penser aussi à la dengue

La dengue est la première arbovirose atteignant l'homme : 100 millions de cas annuels estimés, 2,5 milliards d'individus exposés. On connaît bien le syndrome classique et les principales complications, hémorragiques.

Les auteurs ont souhaité étudier les complications neurologiques centrales de la dengue, à ce jour mal connues ou ignorées. Grâce à une collaboration internationale (USA, UK, Viêt-Nam, Thaïlande) et munis de tous les moyens nécessaires, ils ont étudié dans un hôpital du sud Viêt-Nam tous les sujets présentant une atteinte infectieuse aiguë du SNC. 16 de ces patients (4,2%) avaient la dengue comme étiologie de leur syndrome: encéphalite (n=9), encéphalopathie (n=3), myélite transverse (n=1), encéphalopathie hépatique (n=5), syndrome méningé (n=1). Pas de décès mais six patients ont gardé des séquelles neurologiques. On ne le savait pas vraiment auparavant : la dengue peut être responsable d'encéphalite.

SOLOMON T. et coll. Neurological manifestations of dengue infection. Lancet. 2000 ; 355 : 1053-59.

Morsures de vipères européennes: enfin un traitement efficace !

Les hôpitaux français disposent désormais d'immunoglobulines antivipérines européennes (Viperfav®) qui ont fait la preuve de leur efficacité et de leur bonne tolérance. Pour les envenimations modérées et sévères, la durée d'hospitalisation passe de 8,7 (traitement conventionnel) à 3,3 jours (groupe Viperfav®) (p =0,000002). Il n'y a plus aucun séjour de plus de 3 jours en réanimation dans ce groupe, alors que c'est le cas pour 28% des patients dans le groupe traité de façon conventionnelle (p=0,0002). Aucune complication modérée ou sévère imputable à Viperfav® n'a été observée, en particulier aucune complication anaphylactique ou maladie sérique.

HARRY et coll. Evaluation de l'immunothérapie anti-vipérine par fragments Fab purifiés par voie veineuse. Presse Med. 1999 ; 28 : 1929-34.

Seule contre-indication: allergie connue aux protéines hétérologues équines ; contre-indication relative puisqu'elle disparaît si l'envenimation revêt un risque vital. Liste 1. Réservé à l'usage hospitalier, non agréé collectivités: demande en cours.

Données communiquées par les laboratoires Aventis Pasteur MSD.