News

Juin 2010

Vaccination bébé, biberon sucré

La vaccination des bébés (1-12 mois) assortie d’un biberon d’eau sucrée diminue l’incidence, l’intensité et la durée des pleurs suivant pendant et dans les suites de l’injection. C’est la conclusion d’une méta-analyse portant sur 14 études publiées rassemblant 1674 injections vaccinales.
Le biberon d’eau sucrée diminue de 80% l’incidence et la durée des pleurs par rapport au biberon d’eau seule et à la tétine. Mais cet effet est dose-dépendant : au-dessous d’une concentration de 12% de saccharose (ou glucose), il n’apparaît pas ; à 25% il est net ; à 50% il est maximal. Sur le plan temporel, il semble que l’effet antalgique maximal soit obtenu quand le biberon est donné deux minutes avant l’injection.

HARRISON D et al. Efficacy of sweet solutions for analgesia in infants between 1 and 12 months of age: a systematic review. Arch Dis Child. 2 - 010; 95: 406-13.

NDLR. Une méta-analyse est moins fiable qu’une belle et large étude randomisée en double aveugle contre placebo. Mais, compte tenu de l’absence d’effets secondaires et du coût nul de cette thérapeutique, il nous paraît utile de la mettre immédiatement en pratique.

Le soleil prévient la sclérose en plaques

Bien que l’étiologie de la SEP demeure inconnue, on sait que certains facteurs environnementaux peuvent influer sur sa survenue, négativement ou positivement. Le gradient sud-nord de la maladie a depuis longtemps alerté les chercheurs. Lesquels avaient pensé que des taux sériques bas de 25(OH)D(3) constituaient un important facteur de risque.
A la suite d’une étude très complexe (que nous ne pouvons détailler ici, mais que les lecteurs intéressés et courageux pourront faire avec la référence ci-après Ndlr) les auteurs ont démontré que les UV solaires avaient un effet protecteur direct.

NDLR. Encore un élément nous indiquant qu’il faut cesser de systématiquement diaboliser le soleil.

BECKLUND B R et al. UV radiation suppresses experimental autoimmune encephalomyelitis independent of vitamin D production. Proc Nat Acad Sci USA. 2 - 010 Apr 6;107(14):6418-23

Apnée du sommeil et voyages en altitude

Ils sont de plus en plus nombreux, tous âges et toutes pathologies confondus, à vouloir gravir les cimes de la planète (Kilimandjaro, Andes, Népal…). Parmi eux, un nombre croissant de voyageurs présentant une apnée du sommeil. Qu’en est-il lorsqu’ils se retrouvent en altitude '
Les auteurs ont étudié 34 patients voyageurs d’altitude (âge moyen 62 ans, CI 57-65). Les patients ont été soumis à un séjour d’une journée à Zurich (490m), de 2 jours à 1860m puis de 2 autres jours 2590m dans les Alpes suisses. Surveillance permanente clinique, simulateur de conduite automobile, polysomnographie et index apnée-hypopnée (IAH).
La SaO2 est de 94-90% à Zurich, passe ensuite à 86-87 en montagne. Au cours de cette ascension, l’IAH passe de 47,5 à 90,9 évènements neurologique centraux par heure. Les tests de conduite automobile sont significativement altérés.
L’altitude constitue un important facteur d’aggravation de l’apnée du sommeil (et donc possiblement de sa mortalité) qui justifie une consultation spécialisée préalable.

NUSSBAUMER-OCHSNER Y et al. Exacerbation of sleep apnoea by frequent central events in patients with the obstructive sleep apnoea syndrome at altitude: a randomised trial. Thorax 2 - 010; 65: 429-35.

Rage, routards, Asie du Sud-Est

La rage est un important problème de santé publique en Asie. Les routards sont potentiellement très concernés.
Les auteurs ont questionné 870 d’entre eux à leur arrivée à Bangkok. La plupart d’entre eux étaient européens (68,4%), suivis par les Américains du Nord (13,2%). Leur âge moyen était de 25,5 ans. Il avaient cherché, à hauteur de 80,8% d’entre eux, une information médicale préalable à leur voyage ; mais seulement 55,6% avaient été informés du risque rabique. Et, parmi ceux-ci, seulement 18,1% avaient bénéficié d’une vaccination rabique préventive complète. Les auteurs rappellent que l’incidence d’une morsure animale était de 0,69%, d’un léchage de 3,56% par tranche de 30 jours de séjour.

PIYAPHANEE W et al. Rabies exposure risk among foreign backpackers in Southeast Asia. Am J Trop Med Hyg 2 - 010; 82: 1168-71.

NDLR. Beaucoup de Français, y compris dans les professions médicales, pensent que ce est reservé aux centres anti-rabiques. Cela est vrai pour le vaccin post-exposition, mais faux pour le vaccin préventif qui peut être prescrit par tout médecin et délivré par tout pharmacien (vaccin rabique préventif Pasteu®, Rabipur®).