News

Juin 2009

Voyages en Inde et paludisme

Inde et malaria sont deux mots liés profondément ancrés dans la mémoire collective coloniale. Les Anglais payèrent un lourd tribut au paludisme. Il ne manquèrent pas d’imagination pour faire avaler à leurs troupes l’amère quinine : c’est ainsi qu’ils inventèrent par exemple le Schweppes bitter tonic. Le concept de haut risque palustre persiste, mais de manière aujourd’hui démesurée par rapport à la réalité actuelle (NDLR).
Les auteurs ont colligé les cas de paludisme indien importé par des voyageurs de retour dans leurs pays d’origine (Allemagne, Australie, Autriche, Canada, Corée du Sud, Espagne, France, GB, Italie, Japon, Pays-Bas, USA) de 1992 à 2005.
De 93 cas pour 100.000 voyageurs en 1992, nous sommes passés à 19 en 2005. Cette chute est totalement le fait de celle de l’infestation par P. falciparum : si bien que 80% des cas résiduels sont liés à P. vivax, peu ou pas sensible à la chimioprophylaxie.
On estime que, pendant la période étudiée, 40 millions de touristes sont venus en Inde ; seuls 16 décès par paludisme sont à déplorer, uniquement américains et britanniques (aucune explication avancée par les auteurs NDLR). Donc aucun voyageur français en Inde ne serait décédé de paludisme en 13 ans.

SCHMID S et al. The risk of malaria in travelers to India. J Travel Med 2009; 16: 194-9.

Vaccin turista

Le vaccin oral contre le choléra WC/rBS (on appréciera le « WC ») fait produire des anticorps contre la sous-unité B du vibrion : laquelle est identique à celle de E. coli entérotoxinogène (ETEC) principal responsable de la diarrhée du voyageur (NDLR).
Les auteurs ont testé l’efficacité du vaccin chez des voyageurs jeunes à risque de turista, un groupe étant vacciné et l’autre pas. La fréquence et la sévérité des diarrhées fut évaluée à leur retour par téléphone ou courriel.
Dans le groupe non vacciné (n=337) la fréquence de la diarrhée fut de 39,7% ; dans le groupe vacciné (n=321), elle fut de 17,4% (RRa 0,40). De plus, la diarrhée dura 3,8 jours contre 2,3 dans le groupe vacciné (p<0,0 - 01).
Le vaccin WC/rBS (Dukoral®) a ainsi un effet protecteur de 57% chez les sujets jeunes à haut risque de turista.

TORRELL JM Reduction of travellers’ diarrhoea by WC/rBS oral cholera vaccine in young, high-risk travellers. Vaccine 2009; 27: 4074-7.

NDLR. Dukoral® n’a pas en France à ce jour d’AMM dans l’indication “diarrhée du voyageur”.


Diarrhée du voyageur : France vs consensus international

France
. Les formes cliniques légères de l’adulte peuvent être atténuées par la prise d’un anti-diarrhéique anti-sécrétoire. Une antibiothérapie n’est indiquée que dans les formes moyennes ou sévères, fébriles avec ou sans selles glairo-sanglantes.

Haut Conseil de Santé publique. Recommandations sanitaires pour les voyageurs 2009. BEH 2009 ; 23-24 : 249.

ISTM. La plupart des experts américains et européens reconnaissent qu’un traitement antibiotique approprié (ciprofloxacine, levofloxacine ou azithromycine), associé au lopéramide, guérit la diarrhée du voyageur et diminue sa durée.

DuPont H et al. Expert review of the evidence base for self therapy of travelers’s diarrhea. J Travel Med 2009 ; 16 : 161-71.

NDLR. Après des décennies de gabegie antibiotique, il semble que nous soyons devenus (un peu trop ') obsédés. Le risque de résistance lié aux prescriptions abusives est réel à l’hôpital et en communautaire : mais existe-t-il en prescription mono-prise (2 cp) chez des voyageurs lointains '... Pourquoi alors priver le patient diarrhéique d’une chance d’éliminer l’éventuel E. coli entérotoxinogène (50% des cas semble-t-il) et ses autres collègues bactériens responsables de la diarrhée du voyageur '