News

Juin 2005

Dengue et sodium

Sur 97 patients admis dans un hôpital de Bangkok pour affection fébrile, 49 présentaient une dengue. Chez tous furent dosés, avant tout apport thérapeutique, la natrémie et la natriurèse.
La natrémie était très significativement plus basse chez les patients atteints de dengue (p<0,0 - 01) ; l'hyponatrémie était 9,7 fois plus fréquente que lors des autres maladies fébriles. La natriurèse moyenne était très significativement plus basse lors de la dengue (p<0,00 - 01) ; une natriurèse inférrieure à 20 mmol/l était 8,1 fois plus fréquente que lors des autres maladies fébriles.
Ces dosages peuvent être utiles en tant qu'élément diagnostique d'orientation, associés bien sûr à la clinique, et en attendant la sérologie toujours longue à obtenir.

MEKMULLICA J et coll. Serum and urine sodium levels in dengue patients. Southeast Asian J Trop Med Public Health 2005; 36: 197-9.

Dengue et poids

Ont été étudiés de manière rétrospective, toujours à Bangkok, 4.532 patients admis pour dengue ; ils étaient appariés à un groupe témoin, avec, dans les deux groupes, exclusion des patients infectés par le VIH.
Dans 80,9% des cas, il s'agissait d'une dengue hémorragique (groupe DHF) ; d'une dengue non compliquée dans les autres 19,1% (groupe D).
Parmi les patients DHF, 30,6% présentaient un choc. Parmi ces derniers, 24,2% étaient en surpoids (groupe SUR) et 9,3% en déficit pondéral (groupe SOUS). Les patients SOUS avaient un risque plus élevé (p<0,00 - 01) de développer un choc (37,8%) que les patients normaux (29,9%) ou SUR (30,2%). Mais les patients SUR développaient plus fréquemment (p<0,00 - 01) une encéphalopathie (1,3%) ou des co-infections (4,8%) que les sujets normaux (0,5% et 2,7%) ou du groupe SOUS (1,2% et 3,1%).
Si bien que la mortalité était identique dans les groupes SUR (0,4%) et SOUS (0,5%), et bien plus élevée que chez les patients de poids normal (0,07%).

KALAYANAROOJ S et coll. Is dengue severity related to nutritional status ' Southeast Asian J Trop Med Public Health 2005 ; 36 : 378-84.

Deutsche dengue

Les auteurs ont pratiqué une sérologie spécifique de la dengue (IgM capture ELISA et IgG indirect ELISA) chez 2.259 voyageurs allemands revenant de zone tropicale.
La preuve d'une infection récente a été apportée chez 51 patients (4,7%) ayant une fièvre récente, et chez 13 (1,1%) sujets n'ayant présenté aucune fièvre.
Plus d'un voyageur tropical allemand sur vingt retourne dans son pays en ayant contracté le virus de la dengue.

WICHMANN O et coll. Dengue antibody prevalence in German travelers. Emerg Infect Dis 2005; 11: 762-4.

NDLR. Ces résultants ne sont pas transposables au niveau européen. On connaît en effet le tropisme des Allemands pour l'Asie du Sud-Est, la Thaïlande et ses « lieux de convivialité » en particulier. Parmi les sujets infectés, venaient ensuite ceux qui s'étaient rendus dans la zone caraïbe. L'Afrique subsaharienne n'apparaît presque pas.

Contre-indications aux voyages aériens

Nourrissons de moins de 7 jours.
Femmes enceintes après la 36ème semaine de grossesse (après la 32ème en cas de grossesse multiple) et jusqu'à 7 jours après l'accouchement.
Les personnes souffrant de l'une ou l'autre des maladies suivantes :
- angor ou douleurs thoraciques au repos
- maladie contagieuses grave ou aiguë
- mal de décompression après la plongée
- augmentation de la pression intra-crânienne en raison d'une hémorragie, d'un traumatisme ou d'une infection
- infection des sinus, de l'oreille ou du nez, particulièrement si la trompe d'Eustache est bloquée
- infarctus du myocarde ou accident vasculaire cérébral récents
- intervention chirurgicale ou traumatisme récent comportant un risque de flatulence
- traumatisme crânio-facial ou oculaire, opération du cerveau ou opération de l''il avec pénétration oculaire
- maladie respiratoire chronique sévère, difficultés à respirer au repos ou pneumothorax non résorbé
- drépanocytose
- trouble psychotique, sauf s'il est totalement maîtrisé.

OMS. Voyages aériens et santé. REH 2005 ; 80 : 181-92.