News

Janvier 2010

Voyager rend heureux



On dispose de quelques moyens financiers. Il y a deux manières de les dépenser : acquérir de bien (une voiture par exemple) ou faire quelque chose (un voyage par exemple). Les auteurs –américains- ont voulu savoir lequel de ces deux types d’achats (avoir ou être) rendait le plus heureux.

Etude 1. Les auteurs ont demandé à 97 étudiants (qui reçurent en rémunération une barre chocolatée –humour américain) de noter de 1 à 9 la satisfaction qu’ils avaient retirée de leur dernière dépense de plus de 100 US$ consacrée à l’acquisition d’un bien matériel ou à l’achat d’une expérience de vie. Les sujets déclarèrent sans ambiguïté la supériorité de l’achat d’expérience (p=0,005).

Etude 2. Interview téléphonique de 1279 Américains (âge : 21-69) selon la méthodologie Harris. Il leur fut demandé de coter les dépenses qui leur apportèrent le plus de bonheur au cours de leur vie. L’achat d’expériences arrive devant l’achat de biens : 57% (CI 95 : 54-60%) ; les voyages représentent 32%.

Etude 3. Elle quantifia les modifications de l’humeur, sur une échelle standardisée, générée par les dépenses effectuées par 70 étudiants. L’achat d’expérience entraîne une amélioration de la thymie supérieure à celui de biens : score de 7,51 vs 6,86 (p=0,027).

Etude 4. Elle concerna le choix de projets, la projection dans le futur. Ici encore, les voyages, les spectacles et autres loisirs arrivent loin devant l’acquisition de biens (p=0, - 013).

VAN BOVEN L, GILOVICH T. To do or to have' That is the question. J Person Soc Psychol. 2009 ; 85 : 1193-1202.

Endémies polynésiennes

Leptospirose. Les données du PMSI et celles des laboratoires de biologie ont été analysées. L’incidence annuelle de la leptospirose est élevée : 35 p. 100.000 hab. Ont dû être hospitalisés 67% des patients, dont 33% en réanimation. Ces taux concernent l’ensemble des archipels, toute l’année. La leptospirose constitue un réel problème de santé publique.

Filariose lymphatique. Le programme d’élimination mis en place en 2000 a fait l’objet d’une évaluation en 2008 par une enquête transversale en méthode des grappes représentative de la population âgée de plus de 2 ans : questionnaire standardisé et prélèvement veineux. La prévalence de l’antigénémie (ICT) est de 11,3%. Parmi ceux-ci, 10% ont une microfilarémie. La morbidité filarienne est de 0,5%, constituant toujours un problème de santé publique : les objectifs du programme OMS n’ont pas été atteints.

Ciguatera. Cette intoxication (ichtyosarcotoxisme) par consommation de poissons coralliens a fait l’objet d’une évaluation depuis 2002, à partir des données de la Direction de la Santé et celles de l’Institut L. Malardé. Il semble que l’incidence de la ciguatera diminue globalement depuis 2002 : incidence en 2008 de 145 p 100.000 (p=0,00 - 01), hormis dans les archipels des Tuamotu et Gambier.

InVS. Polynésie française : une situation épidémiologique particulière. BEH 2009 ; 48-50 : 497-528.

Grippe et aéronefs commerciaux

Sur ce sujet, on dit –et parfois on écrit- n’importe quoi.
En 1979, un aéronef transportant 54 personnes fut immobilisé hors du tarmac pendant 3 heures, en raison d’un problème de moteurs. Un des passagers était atteint de grippe (A/Texas/1/77(H3N2). Dans les trois jours suivants 72% des passagers présentèrent un syndrome grippal, pour la plupart lié au même virus.

MOSER MR et al. An outbreak of influenza aboard a commercial airliner. Am J Epidemiol 1979; 110: 1-6.

NDLR. Ce taux d’attaque très important n’est lié qu’à l’arrêt du renouvellement de l’air pour des raisons techniques. Ceci n’a rien à voir avec les conditions normales actuelles d’une filtration de plus de 99,97% les moteurs étant fonctionnels.

Très récemment une modélisation de la circulation de particules virales H1N1 de l’air en cabine a été effectuée sur un Boeing 747. Il en ressort que seulement 0-1 infection a lieu pour un vol de 5 heures, 1 à 3 pour un vol de 11h, et 2 à 5 pour un vol de 17h. La transmission n’a lieu qu’à l’intérieur des parties de cabines, bien séparées (économique, affaire, première). Si le vol est plein, la transmission est maximale en première, l’espace global en étant plus réduit (la revanche des pauvres Ndlr).

Les auteurs concluent que la dissémination grippale existe bien dans les aéronefs, mais qu’elle est plus limitée qu’on l’imagine.

WAGNER BG et al. Calculating the potential for within-flight transmission of influenza A(H1N1). BMC Med. 2009; 7: 81.

Paludisme Kenya

Le paludisme serait en voie de disparition sur les hauts-plateaux du Kenya. Depuis 2005, les habitants des régions de Kipsamoite et Kapsislywa imprègnent l’intérieur de leurs maisons de pyréthrinoïdes ; depuis 2006, tout accès ou suspicion d’accès palustre est immédiatement traité par artémether et lumefantrine. Entre avril 2007 et mars 2008, aucun examen sanguin ne révéla la présence d’hématozoaires.

NDLR. Attendons encore un peu avant de cesser de conseiller une chimioprophylaxie à nos patients voyageurs, d’autant que rares sont ceux qui n’iront que sur les hauts plateaux.

JOHN C C et al. Possible interruption of malaria transmission, Highland Kenya, 2007-2008). EID 15; 12: 1917-9.