News

Janvier 2004

SRAS et aéronefs

Les auteurs ont interrogé les passagers de vols ayant transporté des patients atteints de SRAS avéré, symptomatique (selon définition OMS). Les interviews eurent lieu plus de 10 jours après. Sur un vol (119 passagers) il y avait un patient symptomatique ; 20 passagers développèrent un SRAS avéré, 2 un SRAS possible. Le début des troubles eu lieu en moyenne 4 jours après le vol (2-8). Le fait d'avoir son siège dans les trois rangées autour du voyageur malade était un facteur de risque certain (RR : 3,1) ; mais 12 personnes étaient assises au-delà, ce qui prouve, pour les auteurs, que la maladie n'est pas seulement aéroportée. Fait troublant : un autre vol similaire transportait 4 patients symptomatiques : il ne résulta qu'une seule transmission parmi les passagers.

OLSEN SJ et coll. Transmission of the severe acute respiratory syndrome on aircraft. N Engl J Med 2003; 349: 2381-2.

Dengue et sujets âgés

La dengue de l'enfant fait peur, à juste titre. Mais la dengue du sujet âgé n'a pas fait l'objet d'études systématiques. Les auteurs ont analysés tous les cas de dengue survenus à Puerto Rico de 1994 à 1999, qu'ils ont répartis en 4 groupes : jusqu'à l'âge d'un an (n=554), 2 à 18 ans (6.857), 19 à 64 ans (9.433), 65 et plus (822). C'est dans cette dernière tranche d'âge que la probabilité d'hospitalisation et le risque de décès sont les plus élevés (48% vs 33%, p<0, - 01) ; la probabilité hémorragique rejoint celle des enfants de moins d'un an.

GARCIA-RIVERA EJ et coll. Dengue severity in the elderly in Puerto Rico. Rev Panam Salud Publica 2003; 6: 362-8.

Vaccin HA: rappels nécessaires '

On rapporte chaque année 1,4 million de cas d'hépatite A dans le monde, chiffre qu'il est convenu de multiplier par au moins 10. L'hépatite A est la maladie du voyageur la plus fréquente qui puisse être prévenue par un vaccin. Nous avons désormais 12 ans de recul pour le vaccin HA. Toutes les études montrent que, après une primovaccination bien conduite chez le sujet immunocompétent, les anticorps protecteurs persistent à un taux élevé à 12 ans. Les modèles mathématiques montrent qu'il en sera ainsi au moins 25 ans plus tard chez l'adulte, 14 ans chez l'enfant. De plus, comme c'est le cas avec d'autres vaccins 'HB en particulier-, des preuves s'accumulent pour attester de la persistance d'une protection après disparition des anticorps sériques. Les auteurs concluent que le vaccin HA pourrait protéger toute la vie, sauf études démontrant le contraire et qui resteraient à mener.

VAN DAMME P. et coll. Hepatitis Abooster vaccination : is there a need ' Lancet 2003; 362: 1065-6.

NDLR.
Les Occidentaux voyagent de plus en plus et de plus en plus loin ; la probabilité qu'un adulte jeune voyage un jour en pays de forte endémicité est extrêmement élevée. On pourrait donc envisager que le vaccin HA ne soit plus seulement fait juste avant un départ, mais soit proposé dans le calendrier vaccinal de base. C'est en tous cas l'attitude qui se dessine outre-atlantique, encore confortée par la protection conférée contre la transmission autochtone, de plus en plus fréquente et spectaculaire semble-t-il aux Etats-Unis.

Voyages aériens et grossesse

Il est un concept universellement répandu selon lequel les voyages aériens chez la femme enceinte ne seraient pas sans risque f'tal ; cette notion ne repose sur aucune étude scientifique. Pendant 6 mois, toutes les parturientes (grossesses non gemellaires) d'une maternité américaine ont fait l'objet d'un questionnaire portant sur les voyages aériens effectués pendant leur grossesse. Sur les 222 patientes, 118 (53%) avaient ainsi pris l'avion au moins une fois (m=2 ; 1-12) sur des vols durant en moyenne 4 heures (+/-2h). Par rapport aux femmes qui n'avaient pas pris l'avion, on ne constata aucune différence pour l'âge gestationnel de naissance (p=0,29), le poids de naissance (3,379 vs 3,273 kg, p=0,24), la fréquence des hémorragies (2% vs 5%, p=0,26), la prématurité <37 semaines (p=0,29), une préeclampsie (p=0,76), l'admission en USI néontale (p=0,56). Aucune complication thromboembolique n'est survenue dans l'ensemble de la cohorte.

FREEMAN M. et coll. Does air travel affect pregnancy outcome ' Arch Gynecol Obstet 2003, dec 20.