News

Janvier 2002

VIH, voyages tropicaux et "slim disease"

La Swiss HIV Cohort Study a examine l'hypothèse suivante: les voyages tropicaux pourraient augmenter l'incidence de certaines complications: tuberculose, cryptosporidiose, isosporose, cryptococcose, coccidiomycose, histoplasmose, septicémie à salmonelles, cachexie.
Sur les 4549 sujets inclus sur une période de 10 ans, 596 (13,1%) effectuèrent au moins un voyage tropical. Seule la cachexie se trouva statistiquement associée à cette notion de voyage (odds ratio 2,16 ; CI 1,09-4,30).

FURRER H. et coll. Increase risk of wasting syndrome in HIV-infected travellers :
prospective multicentre study. Trans. Roy. Soc. Trop. Med. Hyg. 20 - 01; 95: 484-6.

NDLR. Les auteurs, prudents, n'émettent pas d'hypothèse étiologique pour expliquer cette association statistique. L'absence de risque constaté pour les infections étudiées pourrait s'expliquer soit par un échantillon trop petit, soit par le fait que les voyageurs aient porté une attention toute particulière à leur prévention.

Attention aux poissons du Lac Léman

Tous les laboratoires d'analyse médicale de Haute-Savoie (n=50) ont recensé leurs diagnostics d'infestation à Diphyllobothrium latum au cours des 7 dernières années du précédent siècle. Rappelons qu'il s'agit du plus grand des parasites intestinaux humains (il peut atteindre 10 mètres), qu'il est spécifique des pays du Nord, lié à la consommation de poissons de lacs crus ou insuffisamment cuits, et qu'il est responsable de la bothriocéphalose (douleurs abdominales, troubles du transit, carence en vit. B12').

On a ainsi trouvé 22 cas, dont 20 rapportés par des laboratoires situés sur les bords du Lac Léman.
Les auteurs recommandent de ne consommer de poissons de lacs alpins que suffisamment cuits (55°C pendant 5 min) ou après congélation (-10°C pendant 8 à 72h selon l'épaisseur du poisson).

DESVOIS L. et coll. Enquête sur l'incidence de la bothriocéphalose en Haute-Savoie.
BEH 20 - 01 ; 45 : 211-3.

NDLR. Ce n'est certes pas un grand problème de santé publique, mais sans doute les Suisses et les Français en sommes les champions du monde. Autant prévenir nos vacanciers et autres campeurs estivaux des bords de lacs. Et puis, cette étude est sûrement bien faite puisque "la comparaison statistique des cas annuels observés a été effectuée par la loi de Poisson".

Hépatite A: le virus voyageur tropical

La Californie est un Etat où sont incessants les allers-retours avec de multiples pays tropicaux et subtropicaux. En 1995, dans le Buttle County, il fut proposé une vaccination gratuite contre l'hépatite A aux enfants de 2 à 17 ans. Pendant la période étudiée (1995-2000), le nombre de cas d'hépatite A dans la population du comté chuta de 93,5% ; ceci inclut la chute chez les adultes, les enfants voyageurs étant la principale cause de contamination secondaire des adultes.

AVERHOFF F. et coll. Control of hepatitis A through routine vaccination of children.
JAMA. 20 - 01; 286: 2968-73.

NDLR. D'accord! Vacciner les sujets les plus réceptifs -les enfants et adolescents- des pays du nord, ça marche et c'est sûrement rentable en terme de santé publique. Mais il est quand même plus étiologique de vacciner tous les voyageurs exotiques non naturellement immuns ; le problème est de les "attraper" avant qu'ils partent: d'où l'intérêt de développer la médecine des voyages. D'où, encore une fois, l'utilité de VISA !

Hépatite B: 3000 nouveaux cas

"Près de 3000 nouveaux cas d'hépatite aiguës virales B diagnostiquées par les généralistes en 20 - 01": ce sont les chiffres du Réseau Sentinelles, monitoré par l'Unité 444 de l'INSERM. Ce réseau - le seul qui existe en France pour l'hépatite B - ne détecte que les hépatites aiguës.

SAUDUBRAY T. et coll. Sentinelles. Quot. du Méd. 20 - 01 ; 7032 : 14.

NDLR. Plus d'un tiers des hépatites B aiguës sont habituellement liées à des voyages en pays d'hyperendémie : donc au moins 1000 cas auraient pu être prévenus si nous avions pu vacciner ces voyageurs avant leur départ ; sans parler des contaminations secondaires que nous aurions ainsi évitées.