News

Février 2013

La mère, le vaccin de bébé et sa douleur

Les auteurs ont étudié le vécu et son expression de 50 mères face à la vaccination de routine de leur bébé de deux mois (m=8,1 (7-9) semaines). Les mères étaient primipares (n=19), stressées (n=23), dépressives (n=8). Les comportements de douleur chez l’enfant furent quantifiés avant, pendant et après injection du vaccin, filmés puis re-quantifiés ultérieurement. L’estimation du vécu de la douleur de l’enfant par la mère fut réalisée immédiatement après l’injection.

Les nourrissons nés de mère primipare manifestaient plus de signes de douleur que ceux des multipares. Le statut mental de la mère (normal, stress, dépression) n’intervenait pas sur le niveau de la douleur exprimée par le nourrisson. Toutes les mères surestimaient le niveau de douleur. Seule donc la primiparité est un facteur d’augmentation de la douleur réelle ressentie par le nourrisson.

REISSLAND N et al. Effects of maternal parity, depression and stress on two month-old infant expression of pain. J Reprod Infant Psychol. 2 - 012 ; 30 : 363-76.

* voir un précédent article sur ce sujet:
http://www.astrium.com/index.php'mact=News,cntnt - 01,detail,0&cntnt - 01articleid=629&cntnt - 01detailtemplate=actu-medecins&cntnt - 01lang=fr_FR&cntnt - 01returnid=707

Une revue scientifique fait son buzz

Et une revue de haut niveau, du groupe PloS, en partie financée par la fondation Bill et Melinda Gates ! et ça marche très fort. Il faut dire que c’est tout à fait… inhabituel. Titre de l’article: « Une analyse approfondie d’un morceau de merde ». L’article, portant sur l’identification parasitologique de la bilharziose intestinale, est néanmoins très sérieux. Il est prévu que le facteur impact de la revue bondisse.

An In-Depth Analysis of a Piece of Shit: Distribution of Schistosoma mansoni and Hookworm Eggs in Human Stool. KRAUTH J et al. PloS Negl Trop Dis 2 - 012 ; 6 (12).

Maladies tropicales aiguës des voyageurs potentiellement mortelles

Le réseau GeoSentinel a étudié 82.825 dossiers de patients revenus malades de zone tropicale. Parmi ceux-ci, 3.655 (4,4%) on identifiait 3.666 diagnostics d’une ou plusieurs maladies (13) pouvant mettre en jeu le pronostic vital: parmi lesquelles Paludisme à P. falciparum (76,9%), entérite fébrile (18,1%), leptospirose (2,4%). Treize patients décédèrent : dix paludismes, une mélioïdose, une dengue maligne. Le délai moyen entre le voyage et la consultation était de 16 jours.

Furent contractés principalement en Afrique les paludismes, dans le sous-continent indien les entérites fébriles, en Asie du Sud-Est leptospiroses, typhus murin et des broussailles.

JENSENIUS M et al. Acute and potentially life-threatening Tropical Diseases in Western Travelers. A GeoSentinel multicenter study, 1996-2 - 011. Am J Trop Med Hyg 2 - 013 Jan 16 (Epub ahead of print).

Vaccination HB incomplète

Situation quotidienne en pratique générale ou spécialisée : le patient entreprenait la vaccination puis l’arrêtait, souvent après avoir été contaminé par les rumeurs propagées par quelques officines anti-vaccinales et vigoureusement reprises par certains médias populistes ou en mal de lectorat. Pourtant, statistiquement, un nombre significatif d’entre eux iront en voyage dans un pays de forte endémicité de l’hépatite B (NDLR). 

Tous les patients consultant dans un CVI (sept 1000 – mars 2 - 010, n=616) et non à jour de la 3ème dose se sont vus proposer une dose de vaccin puis, un mois plus tard, un dosage des anticorps anti-HBs. Ont eu une sérologie de contrôle 317 sujets (51,5%), qui s’est révélée positive chez 91,5% d’entre eux, bien que la deuxième et dernière dose eût été injectée 6,5 ans auparavant en moyenne. Chez les répondeurs, indépendamment du nombre d’années de retard, le taux d’anticorps était, dans 73% des cas, supérieur à 500 UI/L (p<0,0 - 01). A noter un taux de réponse meilleur chez les femmes (95,0% vs 88,7%, p=0,04).

HOMMEL C et al. Vaccination incomplète contre l’hépatite B : intérêt d’un rattrapage tardif. BEH 2 - 013 ; 3 : 31-4.

Observance des recommandations voyages

Les collègues dijonnais ont prodigué des conseils concernant les vaccins et la prévention du paludisme à une cohorte de voyageurs se rendant en zone de transmission de paludisme, de fièvre jaune, d’hépatite A… (n=353, oct-nov 2 - 010). Ils durent remplir un questionnaire puis, 3 semaines après le retour, répondre à une enquête téléphonique.

Sur 321 sujets (âge 46,7 +/- 13,7 ans) aux données exploitables, 186 eurent une observance complète (57,9%). Ce ne fut que dans 55,6% des cas que les candidats au voyage se firent injecter les vaccins recommandés. Seuls 57,3% d’entre eux utilisèrent une moustiquaire. Parmi les 287 prescriptions d’antipaludiques, 219 (76,3%) furent dûment exécutées; 37 (12,9%) furent incorrectes (durée, dosage) et 31 (10,8%) ne le furent pas du tout.

L’analyse multivariée fit apparaître que l’observance était meilleure pour les séjours inférieurs à 15 jours (p=0,0 - 01), pour les destinations de masse (Kenya, Sénégal), chez les retraités et quand le voyageur avait consulté son médecin traitant. A noter que le coût des vaccins et des antipaludiques n’intervenait quasiment pas dans le déficit d’observance (2,9% pour ces derniers).

MULLER J M et al. The respect of recommendations provided in an international travelers' medical service: far from the cup to the lips. J Travel Med 2 - 012 Nov (Epub ahead of print).

Maladies tropicales négligées

Dix sept maladies tropicales négligées atteignent un milliard d’individus sur la Planète. Des progrès considérables ont été réalisés et continueront à l’être en vue de leur élimination ou de leur éradication.

La dracunculose (filaire de Médine) est quasi éradiquée, ayant connu une baisse de 99% depuis 20 ans; il ne reste plus que des cas résiduels en Ethiopie, au Mali, Tchad et Sud-Soudan. Le pian sera éradiqué avant la date prévue (2020), grâce à la découverte de l’efficacité de l’azithromycine. De 2009 à 2 - 011, la maladie du sommeil est passée de 30 000 à 7 000 cas. L’élimination ou l’éradication des maladies suivantes est prévue au mieux en 2 - 015, au pire en 2020: rage, maladie de Chagas, maladie du sommeil, onchocercose, bilharzioses, trachome, lèpre, leishmanioses, filariose lymphatique, ulcère de Buruli, échinococcose - hydatidose, helminthiases et trématodoses.

WHO. 2nd Report on Neglected Tropical Diseases, 2 - 013. www.who.int/neglected_diseases

NDLR. Les voyageurs, parfois atteints par certaines de ces maladies, remercieront ces efforts historiques de l’OMS et autres organisations internationales publiques et privées. Pour la dengue, maladie en forte croissance, il faudra attendre un peu. Il s’agit de la maladie tropicale qui se répand le plus rapidement et représente désormais une menace pandémique. Elle affecte 50 millions de personnes dans le monde, et ses moustiques vecteurs sont désormais présents dans 150 pays (OMS).