News

Février 2011

 

Typhoïde et paratyphoïdes en France

Entre 2004 et 2009, 615 cas de fièvre typhoïde et 178, 82 et 6 cas de paratyphoïdes (respectivement A, B et C) ont été détectés en France. L’incidence annuelle en métropole est de 0,23 cas p 100 000 hab. Age moyen 28 ans.
Dans 91% des cas l’infection est contractée en zone d’endémie, principalement Afrique et sous-continent indien. Sensibilité à tous les antibiotiques de toutes les souches contractées en Afrique du Nord, mais sensibilité complète réduite à 18% pour les souches asiatiques, le problème des résistances aux fluoroquinolones devenant critique.

DELMAS G et al. Les fièvres typhoïdes et paratyphoïdes en France entre 2004 et 2009. BEH 2 - 011 ; 2 : 9-12.

Ndlr. La couverture vaccinale par l’antigène Vi chez les voyageurs exotiques est donc bien incomplète –même si le vaccin n’est pas d’une totale efficacité. D’autre part, si nous comprenons bien, 55 sujets ont été contaminés en zone non endémique, dont la France : la sécurité sanitaire de l’alimentation et/ou l’hygiène générale y sont donc sub-optimales.

Choléra Haïti : le verdict du séquençage

La maladie avait disparu de Haïti depuis plus de cent ans. Peu de temps après le début de l’épidémie (19 octobre 2 - 010) le peuple accusait les troupes de l’ONU d’avoir importé le choléra.
 Une équipe américano-haïtienne a séquencé, avec les techniques de dernière génération, l’ADN de 5 souches de V. cholerae El-Tor - 01 : deux de la présente épidémie, une isolée en Amérique latine en 1991 et deux isolées en Asie du Sud en 2002 et 2008. Ces dernières sont similaires à celle de l’actuelle épidémie haïtienne.
Il est donc très probable que V. cholerae ait été introduit en Haïti par un ou plusieurs soldats du contingent bengali de l’ONU.

CHIN CS et al. The origin of the haitian cholera outbreak strain. N Engl J Med 2 - 011; 364: 33-42.

Migrants, tuberculose et voyages au pays

En Hollande, les deux tiers des tuberculoses ont été acquises à l’étranger, dans l’immense majorité des caspar des migrants. Les auteurs ont souhaité savoir si les voyages au pays, une fois le migrant installé en Hollande, augmentait le risque tuberculeux.
 Ont été relevées la durée et la fréquence des voyages au pays au cours des 12 mois précédant le diagnostic de tuberculose, dans les communautés marocaine et turque. Ont été ensuite comparées la fréquence de la tuberculose chez les voyageurs et chez les migrants n’étant pas retournés au pays (témoins).
Chez les Marocains, la différence était évidente : 26 cas sur 32, 81% chez les voyageurs, contre 472 cas sur 816, 58% chez les témoins. OR 3,2 (95%CI 1,3-7,7) pour l’ensemble, et qui atteint 17,2 (95%CI 3,7-79) chez les patients qui ont passé plus de 3 mois au cours des 12 derniers dans leur pays d’origine.
 Paradoxalement, ceci n’est pas constaté dans la communauté turque : OR 0,9, 95%CI 03-2,4, NS.

KIK S V et al. Risk of travelling to the country of origin for tuberculosis among immigrants living in a low incidence country. Int J Tuberc Lung Dis 2 - 011, 15: 38-43.

Insuffisance cardiaque et voyages

Les auteurs ont envoyé à 1 293 patients souffrant d’insuffisance cardiaque chronique un questionnaire relatif à leur dernier voyage aérien. Ils reçurent la réponse de 464 d’entre eux (39%). Parmi ceux-ci :
- 20% déclarèrent avoir eu beaucoup de mal à contracter une assurance voyage
- 65% déclarèrent avoir eu des troubles liés à leur pathologie, pour 35% d’entre eux particulièrement lors du contrôle de sécurité, en cabine et à l’arrivée
- 27% déclarèrent que, dorénavant, ils ne prendraient plus jamais l’avion ; sauf s’ils pouvaient bénéficier de plus de place pour leurs membres inférieurs (38%), si leur état cardio-vasculaire s’améliorait (18%), si l’assurance voyage devenait moins chère (19%), si le temps d’attente à l’aéroport diminuait (11%), si les longues marches dans l’aéroport –et les montées et descentes des escaliers en particulier- diminuaient (7%).

INGLE L et al. Experiences of air travel in patients with chronic heart failure. Int J Cardiol 2 - 011, jan 20 (epub ahead of print).