News

Février 2003 (2)

Vaccin hépatite A

Des écoles maternelles et primaires du conté de Butte, en Californie, ont subi de violentes épidémies d'hépatite A en 2000. Les autorités sanitaires ont donc lancé des campagnes de vaccination et ont évalué l'adhésion d'un échantillon de sujets.
Sur les 896 fiches d'enquête envoyées, 648 (72%) furent retournées remplies. Une dose vaccinale unique fut reçue par 398 sujets (62%), les deux doses par 272 (42%). La mauvaise observance était liée aux facteurs suivants.

- « pas reçu de recommandations claires » : OR : 7,8 ;

- « jamais entendu parler de ce vaccin » : OR : 2,4 ;

- « ne pense pas que mon enfant ait un risque de contracter cette maladie » : OR : 2,1.

Malgré d'importants efforts des autorités de santé, cette campagne ne connut pas le succès attendu. La conclusion des auteurs est qu'il faut faire connaître cette maladie aux générations antérieures qui en étaient indemnes (1), et qui doivent confondre comme partout les différentes hépatites (NDLR).

Ces attitudes sont d'autant plus dommageables que l'hépatite A est une des maladies les plus communes qui puissent être prévenues par un vaccin, disponible depuis 1992. Et d'autant plus encore qu'une conférence d'experts internationaux a récemment conclu que la primo-vaccination normalement conduite induisait vraisemblablement une immunité de beaucoup plus de 10 ans, voire à vie (2).

1. BARDENHEIER B. et coll. Parental knowledge , attitudes and practices associated with not receiving hepatitis A vaccine in a demonstration project in Butte County, California. Pediatrics 2003; 112: e269.
2. VAN DAMME P. et coll.
Hepatitis A booster vaccination : is there a need ' Lancet 2003; 362: 1065-71.

West Nile: neurologie clinique

Les auteurs (CDC) ont suivi pendant 8 mois 39 cas d'infection à VWN, dont 16 (39%) certains, séropositifs. Parmi ceux-ci, on trouve : encéphalite : 8 cas ; méningite : 5 cas ; dans 3 cas, paralysie aiguë flasque pseudo-poliomyélitique. Des tremblements et mouvements anormaux sont très fréquents : 15 cas (94%) ; myoclonies : 5 (31%) ; syndrome parkinsonien : 11 (69%). Un patient décéda.
Au bilan à 8 mois persistent quasi constamment une asthénie, des céphalées et des myalgies. Chez 6 patients persistent des mouvements anormaux et des troubles de la marche. Les auteurs concluent que ce délai est sans doute suffisant pour établir l'irréversibilité, dans certains cas, de la forme poliomyélitique.

SEJVAR J.J. et coll. Neurologic manifestations and outcome of west nile virus infection. JAMA 2003; 290: 511-5.

Anguillulose: sérologie '

Les immigrants issus de pays de basse hygiène ont été souvent soumis à des infestations répétées par l'anguillule (S. Stercoralis) ; les voyageurs non. Les auteurs ont donc cherché à savoir si la démarche diagnostique pouvait être différentes dans ces deux groupes.
Ils ont étudié 128 immigrants et 64 voyageurs porteurs d'anguillules (examen parasitologique des selles positif). Le nombre des éosinophiles est identique, et 19% de l'ensemble des patients a une éosinophilie normale. La sérologie a une sensibilité de 73% chez les voyageurs, de 98% chez les immigrants.
Conclusion : compte tenu de l'inconstance de l'hyperéosinophilie, de la fréquente négativité de l'examen parasitologique des selles 'y compris répété-, de la gravité potentielle de la maladie (corticothérapie), la sérologie pourrait être d'un certain intérêt chez certains migrants.

SUDARSHI S. Clinical presentation and diagnostic sensitivity of laboratory tests for Strongyloides stercoralis in travellers compared with immigrants in a non-endemic country. Trop Med Int Health 2003; 8: 728-32.

Vaccins et câlins

Des nourrissons (n=116) devant recevoir 4 injections vaccinales ont été assignés au hasard en deux groupes :

-
avant, pendant et après l'injection : biberon d'eau sucrée et/ou tétine, et câlins et bisous (« stimulations tactiles ») par la maman tenant l'enfant pendant toute la durée de l'acte ;

-
groupe témoin : pratiques « standards ».

Les cris furent enregistrés de manière standardisée et leur durée mesurée en aveugle. L'indice de satisfaction du parent fut mesuré sur une échelle analogique.
La durée du cri fut de 19,0 sec (5,8-62,8) dans le groupe test, de 57,5 sec (31,0-81,5) dans le groupe témoin (p=0,002).
Le score analogique de satisfaction du parent fut de 97,0 (82,0-100,0) dans le groupe test, de 44,0 (5,0-77,2) dans le groupe témoin (p<0,0 - 01).

REIS E.C. et coll. Effective pain reduction for multiple immunization injections in young infants. Arch Pediatr Adolesc Med. 2003; 157: 1115-20.