News

Février 2000

Typhoïde multirésistante: traitement long même avec les C3G IV

La multirésistance de Salmonella typhi pose de sérieux problèmes de traitement avec de graves répercussions en santé publique et en économie de la santé. Dans un pays très atteint comme le Pakistan, les auteurs ont étudié la possibilité de réduire la durée d'un traitement lourd et coûteux (ceftriaxone 65 mg/kg IV) ; ils ont ainsi traité, de manière prospective et randomisée, 29 enfants pendant 7 jours et 28 pendant 14 jours. Ils ont dû constater dans le premier groupe 14% de rechutes bactériologiquement confirmées.

Seul un traitement antibiotique, puissant, lourd, par voie veineuse et pendant deux semaines peut traiter de manière satisfaisante une typhoïde en zone de multirésistance.

BHUTTA Z.A. et coll. Failure of short-course ceftriaxone chemotherapy for multidrug-resistant typhoid fever in children : a randomized controlled trial in Pakistan. Antimicrob. Agents Chemother. 2000 ; 44 : 450-2.

Vaccin Hépatite A: note d'information de l'OMS

" Les vaccins anti-hépatite A ont une grande immunogénicité. Pratiquement 100% des adultes développent un titre protecteur d'anticorps dans le mois qui suit l'administration d'une seule dose de vaccin. (') Néanmoins on recommande l'administration de 2 doses afin de garantir la protection à long terme. Dans les études pour évaluer la durée de la protection conférée par 2 doses ou plus de vaccin anti-hépatite A, 99-100% des sujets vaccinés ont des titres d'anticorps indiquant l'existence d'une protection 5-8 ans après la vaccination. Les modèles cinétiques de décroissance du titre des anticorps donnent à penser que la protection dure probablement 20 ans au moins et peut être la vie entière. (')

Des millions de personnes sont désormais vaccinées contre le HAV. Les vaccins actuels sont bien tolérés et la statistique n'a pas mis en évidence de relation entre leur utilisation et d'éventuels effets secondaires. (') On peut administrer ce vaccin avec tous ceux qui font partie du Programme élargi de Vaccination et ceux que l'on prescrit couramment pour les voyages. "

OMS. Vaccins anti-hépatite A : note d'information de l'OMS. R.E.H. 2000 ; 5 : 38-44.

Diphtérie : toutes les doses vaccinales doivent être faites

En Inde, des campagnes de vaccination soutenues ont fait régresser la diphtérie. On est loin néanmoins de l'arrêt de la transmission de la maladie.

Les auteurs rapportent quatre cas survenus de manière rapprochée (septembre 99) dans des bidonvilles du nord de l'Inde. Il s'agissait d'enfants de 3 à 8 ans n'ayant jamais été en contact les uns avec les autres ; deux n'avaient jamais été vaccinés et les deux autres avaient reçu seulement deux doses vaccinales antidiphtériques.

Outre que les auteurs concluent qu'existe une possible résurgence de la diphtérie dans leur pays, ils insistent sur la nécessité de programmes vaccinaux complets.

RAKESH L. et coll. Diphtheria in urban slums in north India. Lancet. 2000 ; 355 : 204.

NDLR. Un programme de vaccination "a minima" est susceptible de faire régresser la maladie à l'échelon d'un pays. Mais seul un programme complet, comprenant l'injection de toutes les doses du calendrier vaccinal, est capable d'assurer la totale protection de chacun. C'est en tout cas cette règle que se doivent de respecter -car eux le peuvent facilement- les voyageurs internationaux.

Animaux familiers en voyages exotiques

Certains, ne pouvant pas se passer de leur chien ou leur chat, emmènent avec eux leur animal favori dans des contrées exotiques. Ont-ils pensé à faire consulter celui-ci chez un vétérinaire spécialisé tout comme ils ont eux-mêmes consulté un médecin en vue de leur voyage '

Les risques qu'encourent les animaux sont majeurs en zone tropicale. La consommation de lait cru peut leur transmettre la tuberculose ; celle de viandes -abats et cadavres en particulier- peut leur faire contracter un ténia, une échinococcose, une trichinose ; celle d'aliments pourris ou périmés le botulisme ; et chiens et chats sont aussi sensibles que nous aux salmonelles omniprésentes en zone tropicale. La consommation de rongeurs n'est pas recommandée aux chats qui peuvent contracter la pseudo-tuberculose (Yersinia pseudotuberculosis).

La maladie d'Aujeszky (Herpès virus hébergé par le porc) peut tuer chien ou chat en 24-36 heures, et le charbon (transmis par le bétail ou ses produits dérivés) en quelques heures.

Le chat peut aussi développer la même peste que l'homme et les rongeurs. Quant à la peste équine, elle tue chiens et chats en quelques jours.

Il convient donc de contrôler très attentivement l'alimentation, les déplacements et comportements des animaux familiers en voyage exotique.

CHANTAL J, DORCHIES P. Santé humaine, santé animale et alimentation du voyageur. Colloque du Collège international du Voyage " L'alimentation du voyageur ". 10 décembre 1999, Paris