News

Décembre 1997

Rage humaine importée en France

Alors que la rage animale est présente dans l'Hexagone depuis trente ans, aucun cas humain autochtone n'est à déplorer. Tous nos cas de rage (mortels dans 100% des cas, comme il se doit) ont été importés, acquis lors de voyages internationaux, à partir des années suivantes, en provenance des pays suivants. Niger (1970) ; Gabon (73) ; Algériex2, Gabon ; Maroc (76) ; Gabon, Maroc (77) ; Egypte (79) ; Tunisie (80) ; Sénégal (82) ; Mexique (91) ; Algérie (92) ; Mali (94) ; Madagascar, Algériex2 (96) ; Inde (97). Les auteurs déplorent que les Européens semblent oublier que la rage constitue un problème de santé publique majeur dans la plupart des pays visités par leurs touristes, et estiment que "l'information sur la rage et la vaccination préventive devraient faire partie intégrante de la consultation de voyage".

Rotivel Y. Institut Pasteur, Paris. ProMED. 3 nov 1997.

NDLR. Trop peu de médecins savent qu'ils peuvent librement prescrire le vaccin rabique préventif et trop peu de pharmaciens savent qu'ils peuvent librement le délivrer, sur ordonnance. L'intérêt de cette vaccination préventive réside aussi dans le fait que les voyageurs mordus pourront éviter les sérothérapies et vaccinothérapies curatives de fabrication locale, jugées par certains plus dangereuses que le risque rabique lui-même.

Tuberculose dans un avion de ligne - Israël

Le 27 octobre, 161 passagers d'un vol Kazakhstan Airlines débarquent à l'Aéroport Ben Gourion. L'un des passagers présentait une tuberculose pulmonaire avec présence de BK au direct : il est à ce jour encore hospitalisé en Israël, dans un état sévère. Le Ministère de la Santé a appelé les 160 autres passagers à subir des examens en Israël.

Source : Yediot Aharonot.

NDLR. Les conditions d'un voyage en cabine d'un avion de ligne exposent théoriquement à un risque de contamination tuberculeuse : promiscuité, confinement, air non ou partiellement renouvelé en vol, hygrométrie basse, hypoxie (éq. 2.000m)' La crainte est donc légitime lorsqu'un passager expectore des BK avec positivité au direct. Mais les -trop rares- études épidémiologiques ne semblent pas confirmer ce risque , comme les six études menées par les CDC entre 1993 et 95, toutes négatives.

La légionellose maladie des voyages

Les récentes victimes françaises de la légionellose contractée dans un hôtel d'Istambul (cf VISA n°4) ont suscité un grand émoi chez les médecins et chez les voyagistes. Mais le fait est connu : la légionellose est une maladie contractée lors de voyages dans environ 10% des cas, pour ce qui concerne la France. Un mémorandum d'une réunion de l'OMS attirait déjà l'attention sur ce qui était déjà une réalité en 1990 : " la maladie des légionnaires associée aux voyages, sporadique comme épidémique, a été signalée par de nombreux pays sur tous les continents ". Ceci n'est pas étonnant : L. pneumophila est un germe ubiquitaire qui prolifère dans les eaux, et en particulier dans les réservoirs d'eau chaude. La contamination se fait par l'inhalation des gouttelettes ou vapeurs. Rien d'étonnant que soient de hauts lieux de contamination les hôtels, campings, centres de cures thermales, navires de croisières.

Les sujets âgés, immunodéprimés, alcooliques ou fumeurs sont particulièrement exposés, et la létalité est chez eux très lourde.Mais il n'existe aucune prophylaxie individuelle. La seule prévention est collective : élévation de la température des réserves d'eau à 60°C, maintien à plus de 50°C de la température de l'eau jusqu'à tous les points d'utilisation, chloration'

Réseau national de Santé publique. 1997. et memorandum d'une réunion de l'OMS.
Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé. 1990 ; 68 : 561-570.

NDLR. En pratique, expliquer à nos voyageurs que la légionellose n'est pas un problème spécifiquement turc (les cas contractés en Suède -ou en France- sont bien plus nombreux) . Evoquer systématiquement le diagnostic devant une pneumopathie survenant: 1) après séjour en hôtel, camping, cure thermale' 2) chez un patient âgé ou fragilisé ; 3) et d'autant plus qu'un traitement par bêta-lactamine aurait été inefficace. Prescrire alors un macrolide ou une fluoroquinolone et attendre la confirmation sérologique (le dosage des antigènes solubles urinaires devrait bientôt être disponible).