News

Avril 2008

Diarrhées virales à Pékin

Les JO ouvriront le 8.8.08 à 8h08, le chiffre « 8 » étant symbole de chance. Chance pour un pays d'acquérir une grande notoriété ; chance d'attraper une gastro-entérite virale pour les visiteurs et athlètes ' (NDLR)
Les auteurs ont recueilli les selles et émissions de 312 patients consultants externes du département des maladies infectieuses du Peking University People's Hospital et ont effectué des recherches virales. Résultats :
- totale absence de rotavirus
- adénovirus : 3,3%
- identification de norovirus à hauteur 17,6% en année pleine, avec un pic de 32,4% en octobre (soit bien après les JO. Voilà, c'est tout ; circulez, il n'y a rien à voir NDLR).

MEI-FANG CHEN et al. Etiological study on sporadic viral gastroenteritis among adults in Beijing. Zhonghua Yi Xue Za Zhi 2008 Jan 88(4) : 265-7.

Mode d'action du répulsif DEET

Le DEET (N,N-diethyl-3-methylbenzamide) est le plus efficace et le mieux documenté des répulsifs (« repellent ») cutanés ; mais on ne connaissait pas son mécanisme d'action sur les moustiques. C'est désormais chose faite.
Les moustiques femelles recherchent les animaux à sang chaud, le sang en question étant nécessaire à leur reproduction. L'insecte remonte de ce fait le gradient de certaines substances qu'il identifie comme émanant d'un tel réservoir : CO2, acide lactique et 1-octen-3-ol issus de la perspiration humaine, de ses odeurs corporelles. Le DEET se comporte en bloquant la reconnaissance de l'acide lactique et du 1-octen-3-ol par le co-récepteur olfactif 0R83b. Donc le DEET fait disparaître l'homme du paysage olfactif de l'insecte (La suite de l'article est intéressante mais assez compliquée : le lecteur motivé n'hésitera pas à consulter la publication dont les références suivent NDLR).

DITZEN M et al. Insect odorant receptors are molecular targets of the insect repellent DEET. Science 2008 ; 319 : 1838-42.

Les puritains US affligés...

et malheureusement aussi les acteurs de la santé publique.
Les jeunes Etats-uniennes sont incroyablement touchées par des infections sexuellement transmises : c'est ce que viennent de révéler les Centers for Disease Control. Un quart des jeunes filles, de 14 à 19 ans (3,2 millions dans le pays), sont atteintes par au moins une des IST suivantes :
- Papillomavirus : 18%
- Chlamydiae : 4%
- Trichomonas : 2,5%
- Herpès génital : 2%
Toutes les composantes ethniques sont gravement touchées, même si les Afro-américaines le sont 2,5 fois plus que les Caucasiennes.

CDC. One in four teenage girls in US has sexually transmitted disease. Science Daily. www.sciencedaily.com/releases/2008/03/080312084645.htm

Croisières et urgences dentaires

Depuis 1980, 100 millions de personnes ont effectué une croisière maritime. Les auteurs ont analysé l'activité d'un cabinet dentaire de bord pendant deux mois. Sur 1.619 passagers, 57 (3,5%) ont consulté. L'âge moyen était de 71 ans (SD 9,8). Les urgences représentèrent 97% de l'activité : restaurations défectueuses (36,0%), pulpites (20,0%), prothèses défectueuses (11,5%), caries (11,5). Et ce, bien que la moitié des patients eurent consulté un dentiste dans les 3 mois précédant la croisière.
L'urgence dentaire concerne donc de 21,6 passagers par mois de croisière. Les pathologies sont souvent complexes, de traitement difficile : dans un bon nombre de cas, les patients auraient dû interrompre leur croisière ; dans à peu près tous les autres ils l'auraient continuée en souffrant et/ou avec une impotence fonctionnelle.

SOBOTTA BAJ et al. Cruise medicine : the dental perspective on health care for passengers during a world cruise. J Travel Med 2008 ; 15 : 19-24.

Dengue et moustiquaires imprégnées

Le vecteur de la dengue ne pique pas la nuit, nuit que l'on passe sous la moustiquaire imprégnée d'insecticide. Pourtant les auteurs on voulu savoir si la moustiquaire n'offrait pas une certaine protection contre cette maladie de transmission diurne. La ville haïtienne de Leogane (1 - 017 maisons) a fait l'objet d'un découpage selon la méthode des grappes : sur 18 secteurs, 9 furent équipés de moustiquaire imprégnée. Au départ et un an plus tard, les IgM anti-dengue furent mesurés chez tous les habitants. A un, cinq et douze mois, les indices entomologiques chutèrent dans et autour (50 mètres) des foyers équipés par rapport aux témoins (p=0,008).
La séroconversion fut de 15,3% inférieure chez les habitants des foyers équipés (95% CI 5,0-25,5, p<0, - 01).

LENHART A et al. Insecticid-treated bednets to control dengue vectors : preliminary evidence from a controlled trial in Haiti. Trop Med Int Health 2008 ; 13 : 56-67.