News

Avril 2003

Méningocoque C et vacances en Angleterre

Il y a 3 ans et demi, le Royaume Uni mettait à disposition des médecins le vaccin méningococcique C conjugué et incitait fortement à sa large utilisation pour les nouveaux-nés, nourrissons, enfants et adolescents. En même temps était lancée une vaste étude cas-témoins chez les adolescents (15-19 ans) de 6 régions d'Angleterre.
Il en ressort une efficacité préventive du vaccin de 93% (CI95: 39-99), c'est-à-dire encore bien plus grande que celle à laquelle on s'attendait. La conclusion de l'éditorialiste du Lancet est: "the vaccine is highly protective".

BOSE A. et coll. Effectiveness of meningococcal C conjugate vaccine in teenagers in England. Lancet 2003; 361: 675-6.

NDLR. Il serait incongru que les enfants des classes linguistiques partent sans être aussi bien vaccinés que leurs petits camarades anglais. Il y a déjà eu dans ce pays des incidents mettant en cause des étrangers non vaccinés. Il faut dire que la méningite C y est un problème très sensible et que les Anglais sont -pour une fois- très reconnaissants envers leurs autorités de santé d'avoir fait chuter le nombre de cas. Et puis ce n'est pas trop le moment d'aggraver une certaine francophobie liée aux divergences sur la guerre d'Irak.

Prévention non médicamenteuse du mal des transports '

Vingt quatre sujets sains répartis en trois groupes ont été soumis à une épreuve rotative dite de Coriolis censée reproduire en accéléré les stimulations de l'oreille interne à l'origine du mal des transports. Le premier groupe devait, après apprentissage adéquat, contrôler sa respiration; le second n'avait qu'à écouter une musique enregistrée; le troisième, bien évidemment, n'avait rien à faire. Les nausées apparurent après 10,7 min (+/- 5,6) dans le premier groupe, après 10,4 (+/- 5,6) dans le second, après 9,2 (+/-5,9) dans le groupe témoin (p<0, - 01). Contrôler sa respiration et écouter de la musique sont mieux que de subir passivement le mal des transports ; ces mesures permettraient, selon les auteurs, de diminuer la consommation de drogues aux effets secondaires non négligeables.

YEN PIK SANG F.D. et coll. Behavioral methods of alleviating motion sickness :
effectiveness of controlled breathing and music audiotape. J Travel Med 2003; 10: 108-11.

Connaissances et attitudes des voyageurs tropicaux

Des enquêteurs se sont rendus en salle d'embarquement des aéroports de Heathrow, CDG et Munich pour interroger des passagers en partance pour des destinations tropicales (n=609).
Un tiers des voyageurs n'avaient cherché aucun avis préalable. Vingt p. cent de ceux qui avaient fait cette démarche ne l'avaient réalisée que moins de 14 jours avant le départ. Il faut dire que 20% des voyageurs n'avaient décidé de leur voyage que 2 semaines avant le départ.
Ce n'est qu'une toute petite minorité de voyageurs qui s'étaient mis en conformité avec les recommandations de l'OMS ou celles de leur pays d'origine.

VAN HERCK K. Et coll. Travelers' knowledge, attitudes and practices on prevention of infectious diseases: results from a pilot study. J Travel Med 2003; 10: 75-8.

Le paludisme des voyageurs âgés

Le paludisme est-il plus grave chez les sujets âgés -qui sont de plus en plus nombreux à voyager ' Cette question aujourd'hui sans réponse a fait l'objet de la présente étude: les auteurs allemands ont analysé une cohorte de 134 voyageurs infestés par P. falciparum. Les sujets âgés de plus de 60 ans eurent dans 61,5% des cas un paludisme jugé "sévère", contre 37,1% pour l'ensemble de la cohorte (p=0, - 016). De même la durée d'hospitalisation passait de 5 jours pour les moins de 45 ans à 21 jours pour les plus de 60 ans.

STICH A. et coll. Old age as risk factor for complications of malaria in non-immune travellers. Dtsch Med Wochenschr 2003; 128: 309-14.

des touristes en Jamaïque

Cette étude recense les problèmes qu'ont connus les touristes dans le pays et la manière dont ils ont été pris en charge (juin 1998 à juin 2002). Globalement, comme d'habitude, les accidents viennent en premier, suivis des problèmes gastro-intestinaux puis cardiovasculaires. Au-dessous de 40 ans, les accidents, les diarrhées et les abus de drogue sont beaucoup plus fréquents; au-dessus, la surmorbidité est respiratoire et cardiovasculaire.

Les hôtels jamaïcains ont des infirmières salariées qui prennent en charge la majorité des problèmes et orientent éventuellement vers des médecins, cliniques ou hôpitaux. Cette orientation dépend de l'âge du patient (p=0,04) et surtout des moyens de paiement (p=0,007). Les frais ont été pris en charge par une assurance pour 11% des patients; mais 75% d'entre eux ont dû couvrir immédiatement et intégralement les frais, sans espoir de remboursement. L'hôpital public est moins sollicité que les structures privées (p<0,05).

THOMSON D.T. Incidence of health crises in tourists visiting Jamaica. J Travel Med 2003; 10: 79-86.