News

Avril 2000

Moules italiennes et VHA

L'hépatite A compte en Italie pour 64% des hépatites virales aiguës. La consommation de fruits de mer est un des principaux responsables des cas sporadiques et épidémiques dans la péninsule. Les auteurs ont acheté des moules (Mytillus galloprovincialis) dans 91 points de vente autorisés (avec certificats). PCR et cultures ont identifié 8 échantillons positifs pour le VHA.

Ayant ainsi identifié la menace potentielle, les auteurs ont souhaité savoir si le virus résisterait à des recettes de cuisine traditionnelle, à savoir " hors d''uvre de moules à l'italienne " (trois groupes : 3, 6 ou 9 mn de cuisson) et " gratin de moules " (5 mn en four très chaud). Ils ont donc procédé à l'infection expérimentale de moules : incubation pendant 1h30 d'une moule par litre d'eau de mer reconstituée dans laquelle fut versé 104 TCID50 de VHA/ml. On procéda ensuite à la cuisson selon les recettes, cuisson qui permit d'obtenir 62, 72, 75°C à l'intérieur des moules, respectivement après 3, 6 et 9 mn de cuisine.

Résultats : PCR et cultures virales : 100% de présence de virus.

Conclusion. Il y a des moules en Italie susceptibles de transmettre l'hépatite A. Deux recettes de cuisine traditionnelle ne permettent pas de détruire le virus : les plats en question sont susceptibles de transmettre l'hépatite A.

TOTI L. et coll. Hepatitis A associated with shellfish consumption in coastal areas. 2nd European Conference on Travel Medicine. March 29-31, 2000. Venice, Italy.

NDLR. Démonstration scientifique pragmatique d'une notion que l'on connaissait déjà in vitro : il faut 5 mn à 100°C pour inactiver totalement le VHA. Après un tel traitement, le plat de moules, stérile, n'est plus mangeable. Pour manger des fruits de mer en Italie, il convient donc d'être vacciné ou naturellement immunisé contre l'hépatite A.

La prévention rend humble

L'Ecole Polytechnique de Lausanne organise régulièrement des stages post-universitaires au Burkina Faso. Après une expérience malheureuse (20 cas de paludisme), la médecine universitaire de Lausanne décida une stratégie " sécurité et prévention maximale " pour l'envoi de 18 stagiaires européens (156 jours) : programmes de sensibilisation et d'éducation intensifs, interactifs, avec validations et contrôles des connaissances, vaccinations larges, fourniture de tous les matériels et produits nécessaires, en particulier à la prévention du paludisme.

Résultats. Trois des 18 stagiaires ne prirent pas leurs antipaludiques ; 5 n'adoptèrent pas les mesures personnelles de protection prescrites. Trois cas de paludisme furent constatés (un seul sera correctement traité sur place). 88% des stagiaires connurent un problème de santé; 60% durent avoir recours à un médecin (2 amibiases, 2 diarrhées bactériennes, 1 giardiase, 2 diarrhées d'origine non déterminée, 1 dengue).

Les auteurs sont assez dépités : malgré des mesures éducationnelles jugées maximales, dans un petit groupe de voyageurs au quotient intellectuel élevé, est survenue une inacceptable morbidité.

LANDRY P. Health problems among participants to a postgraduate course in Burkina Faso. 2nd European Conference on Travel Medicine. March 29-31, 2000. Venice, Italy.

NDLR. Même si nos collègues suisses sont mécontents du résultat de leurs efforts, on est tenté de leur dire que, sans ces efforts, c'eût été sans doute un massacre. On notera par ailleurs ce que l'on sait déjà en matière de prévention, quelle qu'elle soit : le quotient intellectuel élevé ne constitue pas un élément d'observance.