News

Mai 1998

Kenya : ce qui devait arriver est arrivé

Des touristes européens ont contracté le choléra. Au moins 4 sujets britanniques et 4 ressortissants allemands ont été officiellement déclarés, ayant contracté Vibrio cholerae O1 el tor Ogawa à la suite d'un " tour " au Kenya. La majeure partie des contaminations semble avoir eu lieu lors de l'inévitable étape dans la région de Mombasa.

Sources : Eurosurveillance Weekly, ProMED

NDLR. Certains opérateurs touristiques kényans ont récemment accusé VISA de dramatiser la situation sanitaire de ce pays, d'affoler inutilement les touristes et de spéculer sur des risques virtuels' Toujours cet universel souci de non-transparence'Tout patient présentant des émissions liquidiennes incolores, sans fièvre, et revenant d'Afrique de l'est, doit bénéficier d'une coproculture ; le biologiste doit être dûment informé de la nature de la suspicion et de la recherche. La souche devra être transmise à l'Institut Pasteur de Paris, et le cas déclaré en urgence à la DDASS, par téléphone ou fax.

Méningite en Afrique : partout et tout le temps

La ceinture géographique et la saisonnalité de la méningite cérébrospinale n'existent plus en Afrique noire ; certains y voient la responsabilité d'El Nino, mais le débordement temporel et spatial avait commencé avant. Cette année, il n'y a pas eu de pause pour la méningite. Actuellement en cours :- Terrible épidémie au Tchad, avec 250 décès sur les trois premiers mois de l'année, soit déjà deux fois plus que pendant toute l'année 97.- Nord Cameroun : une cinquantaine de décès (officiels).- Nigeria : plus de 50 décès dans le nord-est du pays- Sénégal : une vingtaine de décès dans la région de Kaolack; une touriste française fait partie des victimes.

Sources : ProMED, OMS, CDC

NDLR. Les études de l'IDEEP menées dans les aéroports de Paris montrent que seulement 7% des voyageurs tropicaux français partent vaccinés contre la méningite à méningocoque A+C. Ce taux culmine fièrement à 10% pour les destinations africaines intertropicales ! Cette couverture vaccinale ne semble pas évoluer. Compte tenu de la recrudescence de la maladie, de nombreux décès de voyageurs sont à redouter dans un avenir proche.

Epidémie historique de typhoïde en région parisienne

Le 7 mars 98, une soirée avec restauration (poulet boucané, riz créole, sauce) a eu lieu à bord d'une péniche amarrée à Villeneuve St-Georges (94) ; elle a attiré 200 personnes, dont beaucoup de jeunes, venant de toute l'Ile de France. Dans les 4 à 48 heures qui ont suivi, au moins 75% des participants ont présenté des signes de gastroentérite. 2 à 4 semaines plus tard, le CH de Villeneuve St-Georges (et également les CH de St-Germain, Paul Brousse, et des cliniques de Seine-St-Denis) portaient le diagnostic de fièvre typhoïde -à Salmonella typhi- chez 6 patients qui n'étaient pas sortis de l'Hexagone. Grâce à une information rapide via l'AFP, une grande partie des participants ont effectué des dépistages : à notre mise sous presse, 26 cas de typhoïde ont été identifiés et traités (un des patients étant encore en réanimation, entre la vie et la mort), ainsi que 5 cas secondaires.

Sources : Urgences Médecine Tropicale du CH de Villeneuve St-Georges, RNSP

NDLR. Il s'agit de la plus importante épidémie de typhoïde survenue en Europe de l'Ouest depuis plusieurs décennies. L'hypothèse la plus probable est qu'un des cuisiniers ait contracté la typhoïde dans un pays d'endémie et soit revenu à son travail porteur de S. typhi. Le non-respect des bonnes pratiques de la restauration collective aura fait le reste.Il aurait suffit que ce cuisinier ait été vacciné contre la typhoïde avant son voyage pour que l'on évitât cette crise régionale et la résurgence épidémique de cette maladie disparue des pays industrialisés.

Indonésie : rien ne va plus

L'Indonésie vient de connaître coup sur coup:- Des incendies de forêts et les fumées toxiques (le nombre des victimes directes et indirectes, considérable, n'est pas encore évalué); sécheresse et pénurie alimentaire;- des catastrophes aériennes, en partie liées aux dites fumées;- de très graves troubles économiques, politiques et sociaux;- une augmentation importante de la délinquance et de la criminalité.Et maintenant une grave épidémie de dengue (15.000 malades, plus de 300 morts), avec nombreuses formes hémorragiques ; le gouvernement signale qu'il est en rupture de stock de sang pour les transfusions. Débutée précocement, cette épidémie va croître et durera au moins jusqu'à fin juin. Hôpitaux d'ores et déjà saturés. A titre accessoire, on notera l'émergence d'une maladie non identifiée qui a déjà envoyé à l'hôpital 60 personnes et en a tué 4, à la suite de morsures de chiens (et ce n'est pas la rage).

Sources : Indonesia Red Cross, ProMED