News

Décembre 2009

Etats-Unis

Le problème des voyageurs aériens obèses reste un  souci pour lequel des Etats-Unis sont en première ligne. Difficile à résoudre. Pour certains experts (FAA), ce voyageur (American Airlines) est en sécurité ; pour d’autres il ne l’est pas. Pour les compagnies, de toutes façons, on va les faire payer plus cher, ce qui ne résout rien.

Sauf que ça ne marche que dans un sens. Julie Liening, jeune femme à tous égards normale, embarque sur un vol Delta Airlines de Philadelphie à Atlanta. Elle se retrouve assise à côté d’une personne de forte corpulence qui occupe la moitié de son siège. L’avion étant plein, elle reste recroquevillée sur l’autre moitié du siège. A l’arrivée, elle demande le remboursement de la moitié du billet. La compagnie lui répond en termes politiquement et administrativement corrects l’équivalent de « va te faire f… » (CNN).

En 2008, le Sénat américain en avait rêvé. En novembre 2009, Obama l’a fait. Début 2 - 010, l’entrée des séropositifs VIH aux Etats-Unis cessera d’être interdite. Ce pays sortira alors du club très fermé d’une douzaine de membres prohibitionnistes politiquement peu fréquentables. La ségrégation américaine aura duré 20 ans (BMJ).

Mœurs tropicales

Avant de recourir au système de santé d’un pays peu démocratique, méfiez-vous. Démocratie et climat chaud ne font pas bon ménage (NDLR).

Prita, 32 ans, discrète employée de banque, se rend à l’hôpital Omni International de Djakarta. On y pose le diagnostic de dengue alors qu’il s’agissait des oreillons. Elle raconte sa mésaventure à sa vingtaine d’amis sur Facebook. La direction de l’hôpital en prend connaissance et porte plainte pour diffamation. Prita est immédiatement embastillée, arrachée à son bébé qu’elle allaite. Elle restera trois semaines derrière les barreaux puis sera condamnée à une amende de 204 millions de Roupies (environ 15.000 Euros) qu’elle n’est bien sûr pas en état de régler.
Heureusement pour elle, la blogosphère indonésienne vient à son secours et lance une gigantesque collecte « HelpPrita ». Mais le procureur Utami réclame alors une peine de prison de six mois.
Cette affaire a d’autant plus de retentissement que l’Indonésie est malade de sa justice, considérée comme l’une des institutions les plus corrompues du pays –sic- (AFP).

Chine H1N1 : musclé !

Le ministre de la santé Chen Zu a déclaré que 80 à 90 millions de Chinois étaient vaccinés en décembre .  La fierté du ministre devrait être modérée, pour ce pays qui compte 1,35 milliard d’habitants (ndlr).
Mais il a surtout défendu la politique de quarantaine agressive de la Chine à l’encontre des étrangers qui présentent une fièvre ou d’autres syndromes possiblement grippaux : à savoir le placement en détention sanitaire (AP).
NDLR. Dites bien à vos patients voyageurs qu’ils emportent du paracétamol en quantité et qu’ils en prennent dans l’avion en cas de fièvre, pour échapper aux redoutables et stupides détecteurs thermiques à l’arrivée. La mise en quarantaine est le meilleur moyen de contracter la grippe A au cas où on ne l’aurait pas.

Et profitons-en pour leur rappeler le communiqué du Comité d’urgence de l’OMS (26.11.09) : « La pandémie étant maintenant largement répandue, il n’y a plus de raison scientifique pour retarder un voyage international pour réduire la propagation de l’infection »

Divers

Inde. N’oubliez pas de vérifier le statut des patients voyageant en Inde vis-à-vis de la rougeole ou de ses vaccins. Ce pays est une haut-lieu de transmission où meurent chaque année de la rougeole 130.000 personnes ! (BMJ). Pourtant la mortalité morbilleuse a diminué de 78% dans le monde depuis 2000, grâce aux campagnes de vaccinations. L’Inde et certains autres pays sud-asiatiques font exception (OMS).

Réunion. Une action audio-visuelle de prévention de la leptospirose est actuellement en cours. La leptospirose entraîne chaque année une cinquantaine d’hospitalisations et entre cinq et dix décès (RFO). En voyage dans cette île de rêve, éviter de barboter dans les eaux stagnantes, des cirques en particulier (Ndlr).

Rio de Janeiro. La vente de noix de coco sur les plages, pourtant traditionnelle, est désormais interdite : trop de débris à nettoyer, débris qui attirent les rats « qui pourraient transmettre des maladies » (Cyberpresse).

« Les risques de santé publique –certaines maladies sont très sensibles au climat- s’accentueront. Le paludisme, la fièvre dengue et d’autres maladies risquent de s’étendre à des zones où elles ne s’étaient jamais manifestées » (ONU, 10.12.09, Copenhague).