News

Avril 2005

Choléra au Sénégal

En décembre 2004, une épidémie de choléra avait eu lieu à Dakar et dans les provinces avoisinantes : 1.350 cas officiels. Après une phase de dissimulation, des mesures furent prises permettant de réduire le choléra à un très bas niveau.Mais le vibrion subsista à Touba, une ville étrange située à 190 km au nord-est de Dakar. Etrange car elle est un état dans l'état, dirigée d'une poigne de fer par le khalife Serigne Salihou Mbacké, et ville sainte de la secte mouride : « le choléra est une maladie sale ; les musulmans sont propres ; une telle maladie ne peut exister dans la ville sainte dédiée à Mahomet -la paix sur lui- » (les interventions de santé publique sont bien parties... NDLR).La conurbation de Touba-Mbacké héberge près d'un million d'habitants et reçoit chaque année, début avril, 2 millions de pèlerins : ce sont tous ces Sénégalais qui vendent des statuettes, montres, lunettes de soleil sur les trottoirs de toutes les villes du monde qui viennent rendre hommage au grand patron de la vente pyramidale. Ils retournent ensuite à leur travail de bana-bana, en particulier sur la Petite Côte sénégalaise où affluent les touristes français héliotropes et (encore) très solvables.Voilà pourquoi la DGS a signalé, avec retard, cette épidémie, en rappelant à la fois le faible risque et les modalités de déclaration obligatoire de la maladie...Deux millions de pèlerins, c'est plus qu'il n'en fallut pour le départ de La Mecque des pandémies mondiales de choléra.

Post-tsunami

Rappelez-vous les journaux télévisés des jours qui ont suivis le tsunami : on vous en a raconté des conn..., des histoires (NDLR)! Le point aujourd'hui.- Des épouvantables épidémies vont faire plus de victimes que le tsunami lui-même. Rien n'est apparu ! Mieux : d'après des spécialistes indiens, le tsunami a fait disparaître des gîtes larvaires (wash out) faisant régresser les maladies vectorielles, le paludisme en particulier (CMRE).- Il faudra au moins 10 ans pour tout reconstruire. Un peu plus de trois mois après le 26 décembre 2004, la quasi totalité des sites touristiques sont en mesure d'accueillir à nouveau leurs clients. A Banda Aceh, à l'épicentre du phénomène, les routes sont reconstruites et la quasi totalité de la population a repris sa vie antérieure (BMJ).- Le phénomène ne se reproduira pas avant plusieurs siècles. Le 16 mars, des sismologues britanniques annonçaient une forte probabilité de récidive encore plus violente sous 12 mois (University of Ulster) ; le tremblement de terre du 28 mars des îles Nias et Simeulue semble leur donner raison : mais le pire est encore devant nous.- Les Maldives sont un paradis terrestre. Grâce, ou à cause du tsunami, on s'est intéressé de plus près à cet archipel. La situation des droits de l'homme y est « déplorable » : arrestations et détentions arbitraires, torture etc. Le président Abdul Gayoom et sa famille détiennent les trois journaux quotidiens, la télévision et la radio d'état etc. (Rapport ONU, The dark side of life, 30.03.05). NDLR. Nous sommes en 2005 et vous croyez toujours ce qu'on vous dit à la télévision, bonsoir !

Tyavax® : modification de RCP

« Des données sérologiques ont montré que, chez les sujets ayant répondu à la primovaccination, la protection contre l'hépatite A est maintenue jusqu'à 36 mois après la première dose.Afin d'obtenir une protection à long terme contre l'infection causée par le virus de l'hépatite A, une seconde dose (rappel) d'un vaccin inactivé contre l'hépatite A doit être administrée de préférence 6 à 12 mois après la première vaccination, et peut l'être jusqu'à 36 mois après la première vaccination.Tyavax peut être administré en seconde dose (rappel) chez les sujets ayant reçu une première injection d'un vaccin contre l'hépatite A et nécessitant également une vaccination contre la fièvre typhoïde. Si le vaccin combiné a été utilisé pour la dose initiale, la seconde dose de vaccin combinée doit être habituellement administrée environ 36 mois après la première dose » (AFSSAPS).

Pékin : un nouveau danger

Vous vous promenez dans Pékin : ne regardez pas les monuments et sites touristiques ! regardez par terre : vous risquez de tombez dans un trou !Sur les 600.000 plaques d'égout que compte la ville, 240.000 ont été volées en 2004. Dans ce pays qui assèche la production mondiale de fer et d'acier, une plaque d'égout se revend une dizaine de dollars.Nul ne sait combien de gens sont morts de cette pratique pirate. Les autorités municipales envisagent le remplacement par des plaques en matériaux dénués de valeur de recyclage (Wang Xin).

Divers

Un ou plusieurs requins mako (apparentés aux grands blancs) sèment la terreur sur la côte est de l'Angleterre : l'Agence des garde-côtes demande aux surfers, baigneurs, pêcheurs « la plus extrême prudence » (Daily Mail). Entre 1995 et 2002, 171 enfants sont décédés au Etats-Unis pour avoir été laissés dans une voiture en plein soleil (Inj Prev). Epidémie de myocardite au Sri Lanka (OMS). C'est la première fois dans l'histoire de la médecine que l'on décrit une myocardite contagieuse ; pour certains il s'agirait d'une forme clinique de la grippe aviaire (NDLR). La découverte de grippe aviaire -uniquement animale- en Corée du Nord et y compris dans sa capitale Pyongyang (OMS) terrorise le monde entier alors que le virus est présent dans tout le sud-est asiatique : en clair « on peut s'attendre à tout avec ces fous furieux » ; le pire c'est que c'est sans doute vrai (NDLR).Le tsunami aura été officiellement responsable du décès de 95 ressortissants français (AFP).En 2 - 015, dans 10 ans, un milliard de personnes décolleront d'un aéroport américain (FAA). Au Pakistan, la ville de Karachi, y compris son centre, est désormais en proie au paludisme : les médecins crient à l'incurie (Daily Times). Et ils ont raison : il est rarissime qu'une grande ville asiatique soit un site de transmission du paludisme sauf coupable négligences politique et sociale (NDLR). Australie. Dans la région de Victoria, l'incidence de l'hépatite E croît de manière fulgurante : rien que lors des six premiers mois de l'année 2004, la fréquence de la maladie a été multipliée par sept. Bien sûr le nombre de voyages, de migrants en particulier, a augmenté : mais pas suffisamment pour expliquer cette explosion (Emerg Infect Dis).