Fièvre typhoïde

Salmonellose dite majeure, liée à Salmonella enterica typhi, de transmission féco-orale par les eaux et nourritures contaminées.

Quelques chiffres

Reconnaître une fièvre typhoïde

Incubation: 1 à 2 semaines

En Europe, dans le pays de résidence

Cette fièvre quasiment nue est évocatrice du diagnostic.

Sur le site du voyage

Traitement

De toujours nouveaux antibiotiques permettent des traitements de plus en plus courts et de mieux en mieux supportés: mais la résistance mondiale poursuit et devance dans certains pays l’arrivée de ces nouveaux antibiotiques .1950: apparition de la résistance à chloramphénicol, cotrimoxazole, amoxicilline. 1960: apparition de la résistance à ces trois antibiotiques à la fois. 1990: apparition de résistances aux céphalosporines de 3ème génération et à la ciprofloxacine. Ces résistances sont constatées dans toute l’Asie méridionale.
Fort heureusement, en pratique clinique française, les cas importés ne connaissent pas (pas encore?) de résistance majeure à notre arsenal thérapeutique actuel. Le traitement repose le plus souvent aujourd’hui, en première intention, sur une fluoroquinolone (ciprofloxacine, ofloxacine) per os, aux doses habituelles, pendant 7 à 10 jours. Chez l’enfant: ceftriaxone.

Prévention individuelle

Elle repose sur les précautions universelles

Prescrire ces mesures est nécessaire mais non suffisant, des études récentes ont montré que moins de 5% des voyageurs respectent l’ensemble de ces mesures sur l’ensemble de leur séjour.

Vaccination

Repose sur le vaccin polyosidique (TyphimVi® ou Typherix®) ; des vaccins oraux existent, mais ne sont pas disponibles dans tous les pays (en France par exemple).

Prévention collective

Développement des mesures de « sanitation » visant à séparer la chaîne de l’alimentation de la chaîne des excréments humains (tout à l’égout, latrines...)
Dépistage, diagnostic et traitement des porteurs.

Tous droits réservés pour tous pays.