Risques et situations

Punaises de lit

La punaise de lit universelle connaît depuis plusieurs années une recrudescence mondiale, avec une situation de crise majeure en Amérique du Nord et en Europe de l’Ouest depuis l’automne 2 - 010. Elle avait été éradiquée de ces régions entre 1950 et 1970. Cet inquiétant retour est lié:
- à l’interdiction du DDT
- à la croissance massive des échanges et voyages internationaux.

Dans le meilleur des cas (la transmission de maladies infectieuses n’a pas été étudiée) la punaise de lit constitue une grave nuisance et un grave problème de santé publique aux énormes conséquences socio-économiques.

Le parasite

Cimex lectularius, famille des Cimicidae, a un corps ovale aplati de 4-7 mm de longueur, couvert de poils, dépourvu d’ailes. Ce corps plat, de l’épaisseur d’une carte de crédit, lui permet de s’infiltrer à peu près partout dans l’environnement humain. De couleur brunâtre, qui lui donne l’aspect d’une grosse lentille verte, elle se gonfle après un repas sanguin (équivalant jusqu’à deux fois son propre poids) prenant alors une coloration brun foncé.

Cette nourriture est le sang de l’homme, à défaut celui de certains de ses commensaux (rongeurs, certaines volailles). Elle prend un repas sanguin, nocturne, pendant le sommeil de la victime, qui dure 8 à 15 minutes, tous les trois jours. Une punaise peut piquer jusqu’à 100 fois en une nuit. Les adultes peuvent survivre plusieurs années sans nourriture.

La punaise pique avec un rostre à deux orifices, l’un servant à injecter des substances anesthésiantes et anticoagulantes, l’autre à aspirer. Elle vit en moyenne un an, pendant lequel la femelle pondra entre 200 et 500 œufs.

Habitat, mobilité

Le jour, la punaise se cache dans des endroits sombres, secs, et chauds (elle ne se développe qu’au-dessus de 13°C): fissures des murs et du sol, mobilier, derrière les tableaux, sous le papier peint, les tapis, et bien sûr dans les matelas et sommiers. L’habitat préféré est la chambre de l’humain.

Elles sont difficiles à voir du fait de leur activité quasi exclusivement nocturne; parfois certains reconnaîtront sa présence par l’odeur particulière de leurs fientes.

Elle change très facilement et rapidement de pièce, d’appartement (conduits divers); mais aussi indirectement, véhiculée par un humain ou ses bagages, meubles, vêtements… de maison, de lotissement, de région ou de pays ! Si bien que le voyageur international ne se débarrassera pas pour autant de sa nuisance mais pourra la transmettre à l’autre bout du monde.

Pouvoir pathogène

Les punaises de lit ne sont pas –à ce jour- considérées comme transmettrices d’agents infectieux. La possibilité de transmission de l’hépatite B fut envisagée mais semble avoir été écartée sur la base d’une (seule) étude menée en Gambie. Mais les études épidémiologiques de la transmission hématogène de maladies infectieuses sont absentes. On notera que la punaise de lit fut historiquement considérée comme une arme biologique en Chine, et que les Japonais l’utilisèrent comme arme de guerre pendant leur invasion de la Mandchourie.

Clinique

Les piqûres sont indolores, constatées le plus souvent le matin par des traces de sang sur la peau et sur les draps. Parfois des démangeaisons perturbent le sommeil.

La réaction inflammatoire est souvent forte au début des piqûres: boursouflures rouge vif douloureuses et prurigineuses menaçant de surinfections en cas de grattage. Chez les sujets piqués de manière répétée la réaction inflammatoire diminue progressivement.

Chez le nouveau-né et le nourrisson, dans un habitat fortement infesté, la spoliation sanguine peut entraîner une anémie ferriprive.

Traitement médical des piqûres

C’est le traitement de toute lésion cutanée allergique:
- diminuer le prurit, pour le confort et éviter les lésions de grattage: anti-histaminiques
- désinfection avec des produits aussi peu irritants que possible
- antalgiques si besoin
- traitement d’éventuelles surinfections: antibiotiques actifs staphylocoques streptocoques
- éventuel rappel de vaccination anti-tétanique

Voyageur: mesures de protection

Pour le voyageur se rendant en zone infestée
- Le DEET (Insect Ecran®): répulsif cutané actif mais une seule application ne permet pas de couvrir toute la nuit
- Poser sur le matelas une alèse imprégnée de permethrine est une mesure très efficace et hygiénique
- Avant le retour, pour éviter la contamination de son domicile;

  • n’emporter que le strict minimum de bagages

  • inspecter minutieusement chaque objet emporté
  • vaporiser le contenu de la valise avec de la permethrine (Insect Ecran® Vêtements) et la fermer jusqu’au retour au domicile.

Tous droits réservés pour tous pays.