Risques et situations

Doxycycline et voyages

La croissance permanente de la chimiorésistance du paludisme, le caractère très onéreux de certains antipaludiques récents laissent entrevoir une place de choix de la doxycycline dans la prévention du paludisme.
De plus de très nombreuses maladies des voyages peuvent être prévenues par cet antibiotique.

Pharmacologie

La classe des cyclines est née en 1944 et fut commercialisée en 1948. La doxycycline, semi-synthétique, a été découverte en 1966.

  • Absorption intestinale quasi complète, sans interférence alimentaire.
  • Bonne diffusion générale dans l’organisme et les différents tissus et cellules.
  • Demi-vie de 19h (16-22), non modifiée par l’insuffisance rénale.
  • Pas de métabolisation.
  • Elimination urinaire (35-50%) sous forme active, et biliaire (32%).

Contre-indications (AMM). Allergie. Association rétinoïdes. Enfant de moins de 8 ans (coloration et hypoplasie émail dentaire). Femme enceinte (>2ème trimestre), allaitement.

Précautions d’emploi. Le risque de photosensibilisation, abondamment décrit avec les premières cyclines, est très relativisé, voire nié, par de récentes études ; il est probable que ce risque n’existe pas dans la race noire. Administration avec plusieurs verres d’eau.
Interactions. Anticonvulsivants inducteurs enzymatiques (diminution des concentrations). Topiques intestinaux et sels de fer, de zinc (délai prise > 2h). Anticoagulants oraux (surveillance plus rapprochée de l’INR).
Conserver à une température ne dépassant pas 30°C.

Prévention du paludisme

Elle est internationalement reconnue, et recommandée pour les zones de multirésistance (zones forestières et frontalières d’Asie du Sud-Est). Elle a été moins étudiée ailleurs. L’armée française l’utilise depuis plusieurs années pour ses troupes stationnées en Afrique Noire (plusieurs dizaines de milliers de prescriptions au long cours) : l’efficacité et l’observance sont jugées excellentes et les effets secondaires seraient très réduits.

Adulte et enfant de plus de 8 ans et poids > 40kg : 100mg/j . Enfant de plus de 8 ans et poids < 40kg : 50mg/j. Débuter la veille de l’arrivée en zone de transmission, poursuivre tout le séjour et 4 semaines après le retour. Recommander les mesures de protection solaire.

Prévention d’autres maladies

1) Prévention confirmée par des études cliniques

  • Charbon
  • Choléra
  • Diarrhée du voyageur
  • Leptospirose
  • Maladie de Lyme
  • Peste
  • Typhus des broussailles

2) Prévention probable sur des données bactériologiques

  • Brucellose. Chlamydioses. Fièvre Q (C. burnetti).
  • Pasteurelloses.
  • Rickettsioses.
  • Syphilis.
  • Infection à Ureaplasma urealyticum.
  • Infections staphylococciques, à Haemophilus influenzae.

NB. Ces indications possibles ne font pas l’objet d’une AMM en France.

Tous droits réservés pour tous pays.