Fiches Maladies

Paludisme zone 3 : prévention enfant de moins de 30 mois

Famille expatriée, vacances au pays des migrants d'Afrique de l'Ouest volontiers impécunieux (et en août, en pleine saison des pluies !), tour du monde en famille (très à la mode), bébé qu'on emmène en voyage parce que "on ne peut pas le faire garder" et qu'il ne paie pas de billet d'avion...

Soucis des médecins de famille, quotidiens pour les confrères spécialistes et des PMI. Soucis d'autant plus prégnants que la zone 3 s'étend chaque jour un peu plus.

 Consulter la carte interactive des CDC

Chimioprophylaxie

Aucune n'est prise en charge par l'Assurance Maladie. Certaines mutuelles peuvent en rembourser tout ou partie.
Médicaments et répulsifs sont à garder hors de portée des enfants.
Bien signaler aux parents : "aucun traitement préventif ne permettant d'assurer une protection absolue, il convient de consulter immédiatement un médecin en cas de fièvre, même peu élevée, et ce jusqu'à 3 mois après le retour".

Atovaquone-proguanil® Enfants (atovaquone/proguanil 62,5mg/25mg, cp non sécables)
  • Le principal problème de ce médicament est son prix élevé.
  • A prendre chaque jour, à heure fixe, en commençant la veille de l'arrivée en zone de transmission, en continuant tout le séjour et les 7 jours qui suivent le retour.
  • Faire avaler à l'enfant avec un repas ou une boisson lactée.
  • Trois mois consécutifs maximum.
  • Posologie : elle est établie en fonction du poids corporel :
    • 11 à 20 kg : 1 cp/j
    •  
    • 21 à 30 kg : 2 cp/j
    Le problème se posait pour les bébés de poids moindre car il n'y a pas dans ce cas d'AMM. Mais le Haut Conseil de Santé publique admet (2008) les prescriptions suivantes :
    • 5 - 6 kg : 1/2 cp/j
    •  
    • 7 à 10 kg : 3/4 cp/j
    Problème galénique : il est très difficile et aléatoire de couper 3/4 et même 1/2 comprimé de Atovaquone-proguanil®. Mais les pharmaciens d'officine ont le droit de procéder à un reconditionnement lorsqu'il s'agit de dosages enfants que les industriels ne fabriquent pas ; bien sûr cette préparation magistrale entraîne un surcoût.
Lariam® (méfloquine 250 mg, cp sécables)

Respecter les contre-indications, en particulier neuropsychiatriques.
5 mg/kg/semaine :

  • 15 à 19 kg : 1/4 cp/sem
  • 20 à 30 kg : 1/2 cp/sem

Commencer 10 jour avant le départ, poursuivre tout le séjour et les 3 semaines qui suivent le retour.

Traitement présomptif (dit "de réserve")

Il ne doit pas être envisagé chez l'enfant (HCSP, 2008).

Protection contre les moustiques

1) Moustiquaire imprégnée (permethrine, deltamethrine)
  • Elément majeur de la prévention
  • Dès la tombée du jour et jusqu'à l'aube ; mais les parents seront invités à laisser l'enfant autant que possible sous la moustiquaire (sieste, jeux...), sans hésiter à mettre la moustiquaire sur la poussette, le landau... de façon à les mettre à l'abri des autres maladies transmises par les arthropodes.
  • Veiller à ce que l'enfant ne suce pas la moustiquaire (la border bien tendue) : précaution de principe.
2) Imprégnation des vêtements (permethrine, deltamethrine)

Vis-à-vis du paludisme, elle n'est pas utile avant l'âge de la marche puisque le bébé sera en permanence sous moustiquaire pendant la nuit. Elle peut être rendue nécessaire pour la prévention d'autres maladies, transmises de jour par les arthropodes.

3) Répulsifs cutanés

L'AFSSAPS n'en recommande pas l'utilisation prolongée chez l'enfant de moins de 30 mois (La seule recommandation est en fait l'exposition à une épidémie d'arbovirose à transmission diurne). Lors de séjours courts avec exposition palustre malgré moustiquaires et vêtements imprégnés, on pourrait néanmoins envisager pour un enfant ayant acquis la marche :

  • DEET, 20-35% : Mouskito® Tropic
  • KBR 3023, 20-30% : Insect Ecran® Enfant
  • Citrodiol, 20-50% : MoustiCare, Mosiguard®
  • IR 3535, 20-35% : Cinq sur Cinq®, Moustifluid®, Prebutix®...

hors yeux, lèvres, mains.

Le soir, juste à l'entrée sous moustiquaire, il est pertinent d'ôter le produit par une douche, un gant.

4) Autres
  • pas de serpentins incandescents, de diffuseurs, de sprays... dans une pièce close où séjournerait l'enfant.
  • l'air conditionné diminue l'intrusion des moustiques, leur activité, mais ne les tue pas : mesure d'appoint.

Tous droits réservés pour tous pays.