Fiches Maladies

Giardiase ou lambliase

Ou lambliase, il s'agit d'une grande maladie féco-orale, sans doute la parasitose intestinale la plus répandue dans le monde. Elle est liée au protozoaire Giardia intestinalis (encore appelé Giardia lamblia). Elle constitue une cause importante de diarrhée du voyageur.

Le parasite

Protozoaire de 10 à 20 mcm de longueur, qui se présente sous deux formes :

Giardia

forme végétative, ou trophozoïde, flagellé, très caractéristique (ci-contre)
forme kystique, très caractéristique également.
C'est cette dernière forme, de résistance et de survie dans le milieu extérieur (1 à 2 mois, selon humidité, 3 mois dans l'eau), qui est ingérée. Dans l'estomac, sous l'effet de l'acidité, le kyste donne naissance aux trophozoïtes ; ceux-ci se multiplient, colonisent l'intestin grêle, puis redeviennent autant de kystes qui seront éliminés dans les selles.

Répartition

L'OMS estime que surviennent 500.000 nouveaux cas chaque année. Le parasite est cosmopolite, mais d'autant plus fréquent que le pays est tropical et pauvre.
Dans ces pays, le portage global moyen est de 25% ; chez l'enfant, on atteint parfois 100%.
Dans les pays « non en développement » : 0,5 à 5% : ce taux maximal n'est rencontré que dans certaines collectivités d'enfants, fermées ou à l'hygiène déficiente.

Clinique

  • Les formes asymptomatiques sont fréquentes (taux inconnu).
  • Forme clinique habituelle. Après une incubation moyenne d'une semaine, apparaissent diversement associés, et en l'absence de toute fièvre : anorexie, nausées, gargouillements et/ou ballonnements intestinaux, légères douleurs abdominales, diarrhée. Cette diarrhée, sans glaires ni pus ni sang, est typiquement jaunâtre, pâteuse, surtout matinale et post-prandiale.
  • Forme grave. Il s'associe un syndrome de malabsorption, surtout chez l'enfant et/ou le sujet immunodéprimé, pouvant mettre en jeu le pronostic vital.

Diagnostic biologique

Il n'existe pas d'hyperéosinophilie, le parasite étant un protozoaire.
L'examen parasitologique direct des selles est généralement suffisant, même s'il faut parfois savoir le répéter. Sur des selles moulées, il faut parfois compléter la recherche par des techniques de concentration.
Parfois on peut être amené à un examen parasitologique du liquide duodénal. L'endoscopie avec biopsies duodénales entre dans le cadre de la recherche étiologique d'un syndrome de malabsorption : présence de trophozoïtes, y compris parfois inter-villositaires.

Traitement curatif

Il repose sur l'un des trois médicaments suivants.
Métronidazole (FLAGYL®) : 20 mg/kg/j chez l'adulte, 10 mg/kg/j chez l'enfant, en trois prises, pendant 5 jours ; cp à 500mg. Tinidazole (FASIGYNE®), qui permet un traitement minute d'efficacité sans doute comparable : 50 à 70 mg/kg en une seule prise, sans dépasser 2g ; cp à 500mg.
Albendazole (ZENTEL®): 1 cp (400mg) par jour pendant 5 jours.
Formes graves avec malabsorption : traitement en milieu spécialisé.
Traitement systématique de l'entourage.

Prévention individuelle

C'est celle de toutes les maladies à transmission féco-orale.
Protection contre la contamination directe : lavage des mains avant toute manipulation d'aliments, éviter fruits et légumes non lavés, non pelés, non cuits etc. Protection contre la contamination indirecte : ne pas consommer d'aliments sur lesquels auraient pu se poser des mouches...

Tous droits réservés pour tous pays.