Fiches Maladies

Encéphalite japonaise

 


Transmission encéphalite japonaise
Distribution géographique de l'encéphalite japonaise (source : CDC Atlanta)

Le développement considérable de toutes les formes de voyages et de tourisme en Extrême-Orient justifie que l'on prenne désormais en compte cette maladie virale, certes peu fréquente, mais très sérieuse.

Définition et écologie du virus

  • L'encéphalite japonaise est une maladie endémo-épidémique liée à un virus (Flavivirus -même famille que la fièvre jaune-) neurotrope.
  • Il s'agit d'une arbovirose (ARthropod BOrn VIROSE) transmise à l'homme par la piqûre du moustique Culex, c'est-à-dire du genre le plus banal.
  • Le réservoir naturel du virus est constitué par le porc, partout élevé en Extrême-Orient, et les échassiers.
  • L'incidence annuelle de la maladie dans la zone concernée est de 1 à 10 p. 10.000 ; et elle n'est symptomatique que dans la proportion de 0,5% : autant dire que les habitants ont quasiment tous contracté très tôt le virus.

Transmission

  • Elle est généralement permanente mais maximale :
    • en été et automne pour : Bangladesh, Cambodge, Chine, Corée, Inde (nord), Japon (endémo-épidémie actuellement sous contrôle : transmission autochtone très rare), Laos, Myanmar (ex-Birmanie), Népal, Russie (extrême-sud), Thaïlande (nord), Viêt-nam (nord)
    • pendant la saison des pluies pour : Inde (sud), Indonésie, Malaisie, Philippines, Sri-Lanka, Taïwan, Thaïlande (sud), Viêt-nam (sud).
  • Les épidémies atteignent peu les grandes villes des pays industrialisés comme Tokyo ou Hong-Kong, mais peuvent sévir dans toutes les autres ; toutes les zones suburbaines et rurales peuvent être atteintes.

Clinique

  • Les mots-clefs de la maladie (CDC)
    • Incubation 6 à 16 jours
    • Fièvre, céphalées, troubles de la conscience depuis l'obnubilation jusqu'au coma, syncopes
    • Parfois, rashs cutanés et arthralgies.
  • Décès dans 10 à 50% des cas ; séquelles neuropsychiatriques : 30 à 50%.
  • La maladie d'autant plus grave que le sujet est plus âgé.

Prévenir les piqûres de moustiques

  • Porter des vêtements recouvrant le maximum de surface corporelle, au mieux imprégnés d'insecticides.
  • Sur les parties restées découvertes, appliquer toutes les 3-4 heures des répulsifs anti-moustiques efficaces : DEET à 30-50% (type Insect Ecran®).
  • Dormir sous moustiquaire imprégnée d'insecticide.

Le vaccin

Depuis mai 2009 un nouveau vaccin est disponible (admis collectivités exclusivement ) en Centre de vaccinations internationales, sous le nom commercial Ixiaro. Deux injections sont nécessaires, à J0 et J28.

Tous droits réservés pour tous pays.